23/05/2015

Romeo y Julieta Petit Churchills

Le mois de mai avance et j’ai fait quelques bonnes découvertes avec notamment le Romeo y Julieta Petit Churchills. Dégustant mes cigares en extérieur, je profite du retour du beau temps pour m’offrir quelques bons moments de détente en compagnie de bonnes vitoles. Ce cigare qui m’a été ramené par ma femme de Suisse m’a tout de suite séduit par son apparence très soignée et sa cape grasse et luisante. Son format court (petit robusto) lui donne de la singularité et promet un concentré du meilleur de Cuba.

20150510_172744.jpg

Il ressemble comme deux gouttes d’eau à son grand frère le Wide Churchills mais en plus petit (d’où son nom) et semble profiter des mêmes avantages avec une très belle construction. Cette promesse de gourmandise m’oblige donc à l’ouvrir sans plus tarder.

20150510_173427.jpg

Le tirage est souple avec un cocktail (à cru) épicé et fondant. L’allumage est aisé et la fumée douce et fraîche en bouche. Je retrouve bien la touche « Romeo » dans ce début subtilement herbacé (tabac, humus, fougère) et fin (noisette fraîche, cuir humide, pain grillé). Autant dire que ce prélude met tout de suite en appétit et promet une belle dégustation.

20150510_174243.jpg

La fumée est agréable en bouche et aucun excès d’amertume ne vient perturber ce 1er tiers tout en douceur mais avec une puissance moyenne et présente. On est dans ce que je nomme le « cocktail cubain » un gage de qualité et de plaisir pour tous les afficionados.

20150510_180016.jpg

La suite n’est que l’émerveillement des sens avec un développement de la puissance et un renforcement des saveurs (noisettes grillées, champignons, tabac suave, poivre vert). Je me délecte de ce moment si plaisant en me disant que je tiens là un excellent havane que je dois de toute évidence partager avec d’autres.

20150510_183440.jpg

La séance n’est malheureusement que de courte durée et il arrive indéniablement sur sa fin. Le final devient corsé sans être désagréable avec des notes animales intéressantes. Le palais se régale et c’est l’essentiel. Les dernières bouffées sont chaudes et légèrement astringentes mais  je déguste tout de même ce petit Romeo jusqu’à sa toute fin.

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Aspect soigné et construction parfaite, format court (102x19.84mm) mais séduisant.

Saveur et Subtilité 4.5/5 : Un vrai délice cubain d’un bout à l’autre sans fausse note gustative. L’évolution est claire et cohérente. Le final est punchi et animal.

Force 4/5 : La force est moyenne. Le fumage est dynamique et du coup on ne s’ennuie pas. Le final est presque rassasiant. Accessible au débutant.

Prix 4.5/5 : Le prix est proportionnel à sa taille mais le plaisir reste le même ! Excellent rapport qualité prix/plaisir pour un cubain de haut niveau (8.9 euros).

Note Globale 17/20 : Ce cigare est une vraie réussite et contient beaucoup de qualité dans un format de poche. Le fumage est très agréable avec une souplesse et une richesse digne des plus grands havanes. L’évolution gustative est simple, dynamique et efficace. Pour un temps de fumage plus long et plus profond il suffit d’aller voir son grand frère le Wide Churchills. Son seul défaut est donc son format court qui peut déplaire à certains amateurs. Pour ma part, je le trouve très harmonieux pour un fumage d’une heure minimum en tant que « petit » cigare de dégustation.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce cigare qui est mon coup de cœur du moment !

Bien à vous.

12:37 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/05/2015

Paradiso XXL

Voici un magnifique cigare du Nicaragua qui a su me charmer dès le premier regard. En effet comme vous pouvez le voir il est orné de 2 magnifiques bagues représentant à première vue un perroquet ainsi qu’une multitude de belles fleurs. C’est un peu léger comme approche me direz-vous, mais c’est ce qu’il me vient en 1er quand je repense à cette dégustation. On n’achète pas un cigare pour sa bague mais pour celui-ci, cela a été l’élément déclencheur de ma curiosité… A vrai dire pour être tout à fait exact, je me suis un peu renseigné  avant de l’acheter (comme à mon habitude) et je n’ai pas été déçu du voyage !

20150424_143123.jpg

Le Paradiso XXL est un gros robusto (152x23.81mm) puros du Nicaragua avec une cape maduro nervurée et brillante. Il est peu souple au toucher mais est très bien roulé dans son ensemble. Le format impressionne mais le chatoiement des 2 bagues le rende bien plus docile. En règle générale (contrairement à ce que l’on pourrait croire) ce genre de « gros » cigare reste accessible voire facile à fumer, c’est donc très confiant que j’ai entamé cette découverte.

20150424_143957.jpg

A cru, c’est déjà très riche avec du tabac suave et une touche de terre humide. Le tirage est un peu ferme mais suffisant. L’allumage est aisé et le volume de fumée important. Les premières bouffées sont épatantes de douceur et de complexité. On retrouve la note terreuse typique du Nicaragua avec du tabac frais, du cuir humide et surtout une saveur grasse et sucrée me faisant penser à de la chicorée (sucrée évidement). C’est une belle entrée en matière dénouée d’agressivité et qui sent bon les souvenirs des petits déjeuners d’enfance en été dans le jardin familial.

20150424_151042.jpg

La fumée est agréable en bouche et incite à prendre de belles bouffées pour s’y cacher. La force est moyenne voire douce dans ce 1er tiers.

20150424_151051.jpg

Arrivé dans le 2ème tiers, le cigare évolue légèrement. On trouve un peu plus de force et surtout des saveurs gourmandes (noisettes grillées, raisins secs, chocolat amer) avec encore cette touche sucré qui domine l’ensemble (chicoré). C’est très plaisant, un poil trop sucré à mon gout mais franchement on ne peut pas lui en vouloir.

20150424_155624.jpg

La suite restera linéaire et constante sans chauffer. Le poivre semble inexistant dans ce cigare ce qui est curieux surtout dans son 3ème tiers. L’amertume du tabac se fait plus présente dans son paroxysme et je l’abandonne après 1h20 de dégustation.

20150424_164600.jpg

Comme vous avez pu le comprendre ce cigare respire la bonne humeur et fera le plaisir de tous les gourmands. C’est un cigare « ludique » que l’on fume avec beaucoup de légèreté et qui ne demande donc pas une grande attention. Malgré sa linéarité évidente, c’est une très bonne surprise. Il est très bien construit et suffisamment complexe pour titiller le palais. Du coup on en redemande ! A découvrir sans tarder.

Mes notes :

Construction et Aspect  3.5/5 : Cape maduro peu souple, construction parfaite, charme des bagues colorées discutables (moi j’aime), format gourmand.

Saveur et Subtilité 3.5/5 : Le 1er tiers est déjà très prometteur avec des douceurs sucrées et un cocktail du Nicaragua bien maitrisé. La suite ne fait que confirmer la dominante sucrée en y rajoutant encore quelques bonbons… Le final se renforce en amertume de tabac mais reste plaisant jusqu’au bout.

Force 3/5 : C’est moyen voir doux et ce n’est pour me déplaire. La force n’est pas au rendez-vous et le 3ème tiers pas vraiment rassasiant mais suffisant pour une dégustation « normal ». L’évolution de la force est lente et aucun excès ne vient perturber la dégustation.

Prix 5/5 : Un tarif plus qu’honnête par rapport aux qualités de ce cigare. (9 euros).

Note Globale 15/20 : En voilà une bonne découverte ! Le Paradiso XXL est à l’image de ces 2 bagues : exubérant, tendre et plein de vie ! J’ai aimé ce cigare qui sort des sentiers battus en nous proposant autre chose. Il ne faut pas se fier à son format imposant car c’est un cigare vraiment accessible (même pour les débutants). Sa construction, son tarif et son niveau de complexité gustatif le rendent très attractif. C’est un cigare plaisir que je conseille à tous les amateurs !

Bien à vous.

09:31 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

05/05/2015

Civette Genève Rhein Cigars

Ma femme en passant par la Suisse a voulu comme à sa bonne habitude me ramener quelques cigares. J’ai donc demandé à mon ami Edmond connaisseur de cette « zone » de me donner une bonne adresse proche du centre-ville de Genève. Ma femme a été découvrir Rhein Cigars une civette située 3 rue du Mont-Blanc et non loin de la gare.

20150428_171654.jpg

Elle a été accueillie par un charmant monsieur nommé Richard qui a su la guider agréablement dans ses achats. La civette est excellemment  bien fournie et propose un choix de cigares exclusivement cubains.

20150428_172255.jpg

20150428_172140.jpg

20150428_172155.jpg

Voici les cigares qu’elle a choisi et m’a offert et qui feront bientôt de nouvelles dégustations sur mon blog !

20150505_160102.jpg

La Gloria Cubana Inmensos

Hoyo de Monterrey Le Hoyo de San Juan

Romeo Y Julieta Petit Churchill

20150505_160149.jpg

Romeo y Julieta Wide Churchill

Ramon Allones Gigantes

Vegas Robaina Famosos

20150505_160213.jpg

Cohiba Siglo VI

Bolivar Petit Belicoso EL 2009

J’imagine que ces cigares m’offriront beaucoup de très belles dégustations. J’ai donc de quoi faire pour les beaux jours à venir. Merci ma chérie !

En conclusion si vous passez par la Suisse voici donc une très bonne adresse pour faire vos achats de cigares.

20150505_161126.jpg

20150505_161143.jpg

Bien à vous.

17:29 Écrit par EM | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/04/2015

Partagas Seleccion Privada EL 2014

Il y a des cigares qui demandent plus d’attention que d’autres et le Partagas Seleccion Privada EL 2014 fait partie de ceux-là. En effet, j’ai eu le grand plaisir de recevoir une boîte de ceux-ci en Décembre 2014 et c’est avec une certaine appréhension que j’ai décidé de déguster le 1er cigare de cette boîte. D’une part ma curiosité est touchée mais j’ai aussi un peu peur d’être déçu alors je choisis un moment parfait pour mener à bien sa mise à feu.

20150413_135412.jpg

Pour le décrire un peu je dirais que ce cigare est très soigné avec une belle cape ambrée lisse et grasse. Son format imposant (160x19.84mm) et ses bagues dorées invitent au respect. Il est lourd en main et dense au toucher ce qui fait penser que les tabacs sont roulés serrés. Son odeur est fraîche et fermentée à la fois. Derrière la boîte, je découvre qu’il a été produit au mois de juillet 2014 ce qui lui a laissé 8 mois pour que son liga finisse sa dernière fermentation, ce qui me semble suffisant.

20150413_135434.jpg

Il faut maintenant l’ouvrir. A cru les saveurs fidèles de la marque Partagas sont présentes avec un tirage parfait.

L’allumage est aisé et le cigare développe un beau volume de fumée. La 1ère sensation est la douceur et la finesse inhabituelle de ce cocktail de saveurs cubaines. En bouche, je retrouve tout ce qui fait la caractéristique d’un très bon cigare cubain (vieux cuir, tabac suave, humus, vanille, réglisse) mais avec un dosage encore inconnu à mon palais.

20150308_152308.jpg

Tout cela égaie l’amateur que je suis et c’est donc très confiant que je débute cette dégustation en profitant d’un après-midi ensoleillé. Le fumage est facile car le cigare est dans son 1er tiers doux tout en restant fin au palais.

20150413_142335.jpg

Le 2ème tiers ouvre un peu la puissance et offre un panel plus riche et surtout plus gourmand. Je retrouve par moment des notes pâtissières me faisant penser au pralin que l’on trouve dans les bons Paris-Brest de boulangerie. Les notes réglissés du début persistent et des noisettes grillées viennent par moment arrondir encore plus la dégustation. La légère amertume  du tabac reste discrète et pour l’instant pas de poivre à l’horizon. Le mélange est gras en bouche et pas asséchant ce qui permet de profiter au mieux de ce beau volume de fumée bleutée.

20150413_143018.jpg

La  puissance monte petit à petit sagement mais sûrement pour offrir un 3ème tiers plus tonique et intense en bouche. Les saveurs se concentrent est développent plus d’épices avec notamment un peu de poivre et des saveurs animales. Enfin ce Partagas me montre sa vraie couleur et le gant de velours fait place à la poigne de fer tant attendu. Comme beaucoup, je pense que tout grand cubain qui se respecte doit permettre de rassasier son hôte et je suis donc ravi de découvrir 3ème tiers rassasiant. Le cocktail est puissant mais toujours « docile » pour mon palais et c’est donc un plaisir de pouvoir déguster ce grand robusto dans son intégralité.

20150413_144951.jpg

Les dernières bouffées sont d’une richesse folle et me laisse sur ma bonne fin. Je base mon analyse sur 2 dégustations ( une début mars et une aujourd'hui).

20150413_153505.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 4.5/5 : Cape magnifique, construction sans faille, charme des EL, format très agréable (1h20 de fumage).

Saveur et Subtilité 4.5/5 : C’est un grand cigare qui offre une dégustation en 3 étapes biens distinctes. Le 1er tiers donne le ton avec de la douceur, beaucoup de finesse et des notes cubaines fraiches et rondes. Le 2ème tiers est plus démonstratif avec de la gourmandise et beaucoup de suavité. Le 3ème tiers offre la richesse cubaine dans ce qu’elle a de meilleur avec beaucoup de maitrise.

Force 4/5 : La douceur du 1er tiers peut déconcerter. L’évolution est lente mais continue tout au long de la dégustation offrant un final puissant et rassasiant. Le cigare ne bouscule jamais son hôte et permet donc un fumage agréable et « docile ». C’est un cigare léger dans ces 2 premières parties et qui peut donc manquer un peu de « punch ».

Prix 4/5 : Un tarif prestige pour un cigare de très haut niveau. (19 euros).

Note Globale 17/20 : Je n’en attendais pas moins de ce grand robusto. Au-delà de sa richesse gustative ce cigare est tout simplement un vrai plaisir à fumer. Il est d’une douceur incroyable mais pas sans saveur et il garde secrètement le meilleur pour la fin. Dans son ensemble je garderai son côté gourmand du 2ème tiers qui m’a assez épaté. Le final quant à lui comblera les palais les plus exigeants de par sa richesse et sa maitrise. Pour conclure c’est un très grand cigare de dégustation à apprécier évidement dans sa totalité.

Bien à vous.

11:16 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |