04/12/2013

Flor de Rafael Gonzalez Marquez Lonsdales

Je fouine dans ma cave à cigares à la recherche d’un compagnon puis j’hésite et enfin je me décide. Un cigare curieux que ma grand-mère m’a ramené d’Andores l’été dernier et que j’avais un peu oublié. Curieux en effet car de 1er abord je ne le trouve pas beau. La bague est ridicule, on dirait une pâle copie de Montecristo genre contrefaçon raté. La cape est sèche et semble cassante avec une couleur inégale sur toute la longueur comme si le cigare était taché ou mouillé par endroit…et par-dessus tout un format dont je ne suis pas grand fan le Cervantes 165x16.67mm (Lonsdales) on dirait un corona transgénique !

20131203_144006.jpg

Bref, je ne sais plus vraiment pour quelle raison je m’apprête à fumer ce cigare… Surement la curiosité et l’envie de nouveauté. Je l’ouvre et découvre un tirage très serré (presque bouché) ça commence bien mes amis ! A cru c’est herbacé avec un gout de tabac piquant qui me rappel bien qu’il s’agit du terroir cubain.

20131203_144013.jpg

Je l’allume et le tirage s’ouvre un peu. Les premières bouffées sont douces rondes et gouteuses à la fois. C’est bon et je commence ma dégustation un peu dubitatif. Le cigare prend de la puissance et offre un panel gustatif digne des grands cubains avec un 1er tiers très riche (cuir, tabac, vanille, café torréfié). La fumée est forte mais pas amère en bouche. L’arrière bouche laisse une sensation sucré proche du pralin qui est très agréable.

20131203_145524.jpg

Je fume donc tranquillement ce gigantesque corona en me disant que je suis tombé sur un cubain sympathique. Le 2ème tiers renforce les nuances avec des noisettes, des champignons, du caramel grillé, des fruits secs et encore cette sensation sucré qui apparait après chaque bouffée. C’est tout simplement gouteux et puissant à la fois.  

20131203_150331.jpg

Par la suite le cigare se renforce avec des notes d’écuries et un peu de poivre. La fumée est plus épaisse et commence à devenir rassasiante. Je le laisse mourir en restant sur une très bonne impression.

20131203_152206.jpg

Après cette dégustation et en écrivant cette article j’ai vu que ce cigare n’est plus produit depuis 2006 et je pense qu’il sera donc difficile à trouver.

Mes notes :

Construction et Aspect 2/5 : Cape imparfaite et sèche, tirage très serré, format surprenant, bague sans personnalité, combustion correcte.

Saveur et Subtilité 4/5 : La surprise vient de la rondeur sucrée de ce cigare qui s’inscrit dans un registre cubain classique et évolutif. Le 1er tiers est riche et rond. Le 2ème tiers développe beaucoup de gourmandise. Le 3ème tiers confirme le potentiel gustatif.

Force4/5 : La force est parfaitement dosée d’un bout à l’autre du cigare. Le final est rassasiant.  

Prix 4/5 : Je ne connais pas son tarif mais je pense qu’il ne doit pas dépasser 10 euros.

Note Globale 14/20 : Comme vous avez pu le lire j’ai apprécié ce cigare qui m’a offert 1h de dégustation. Son seul défaut est son apparence peu flatteuse qui ne correspond pas du ton à son potentiel. La fumée était gouteuse et sucrée sans aucune amertume ni excès d’épice. J’ai été surpris par ce Lonsdales si généreux.

Bien à vous.

17:53 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2013

El Credito Serie R n°4

Difficile par ces temps humides et frais de pouvoir fumer un bon cigare en extérieur. J’ai tout de même profité d’une éclaircie pour faire une dégustation et aussi entrevoir les rayons du soleil si bénéfiques dans cette période de l’année. En fouinant dans ma cave à cigares je suis tombé sur un cigare qu’Obelux m’avait échangé il y a un moment. J’avoue avoir un peu délaissé les terroirs autres que cubain et c’est avec plaisir que je m’apprête à déguster ce cigare au terroir mixte (République Dominicaine, Nicaragua, Equateur). Autant le dire tout de suite, je ne suis pas un grand fan de ces mélanges  de tabac qui sont en principe sensés prendre le meilleur de chaque terroir…

20131126_151950.jpg

Cet El Credito Serie R n°4 est un robusto (2.1x12.4cm) roulé dans une cape colorado sèche et très nervurée. Le roulage est un peu grossier car une partie n’est pas bien « collé » et semble vouloir se dérouler à tout moment. La bague est imposante dans un style plutôt classique.

Je l’ouvre et découvre un tirage très souple qui n’offre aucune résistance. A cru c’est végétal et très léger.  Il faut l’allumer maintenant !

20131126_152707.jpg

Pas de souci le cigare s’allume très facilement. Les premières bouffées sont très douces avec très peu de saveur si ce n’est du tabac frais et des herbes sèches avec une pointe de réglisse. La fumée est très volatile et la persistance aromatique est quasiment nulle en bouche. Je déguste cette fumée légère en regardant le soleil me chauffer la peau non sans y prendre du plaisir.  Le 1er tiers restera hélas très plat sans que je puisse y déceler d’autres nuances.

20131126_154530.jpg

Arrivé au 2ème tiers le cigare prend enfin un peu plus de puissance avec une fumée plus épaisse et aussi plus gustative. Je trouve du café torréfié et une pointe de poivre  ce qui rend la dégustation moins ennuyante. Cela reste malgré tout très basique pour mon palais sans être pour autant déplaisant.

Je m’arrêterai au début  du 3ème tiers par ennui n’éprouvant alors plus aucun plaisir à continuer cette dégustation malgré le bénéfice du soleil sur ma peau.

20131126_155843.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 2/5 : Cape sèche et imparfaite, tirage trop souple, quelques défauts de combustions, je n’aime pas cette bague.

Saveur et Subtilité 2/5 : Ce cigare est pour moi à la limite d’un cigare de dégustation. Le 1er tiers n’est pas assez gustatif et vraiment très plat n’offrant qu’une saveur de tabac frais. La suite n’est guère plus intéressante avec une petite surprise au milieu du 2ème tiers. Le final reste linéaire et peu plaisant. La gourmandise n’est pas au rendez-vous…

Force 2/5 : Le manque de puissance de ce cigare lui vaut d’être sans intérêt et le rend très ennuyant.  

Prix 3/5 : Un tarif dans la moyenne  pour un robusto de ce niveau. (6 euros).

Note Globale 9/20 : Pour résumé je dirais que ce cigare n’est pas mauvais mais pas bon pour autant avec un caractère mollasson qui ennuie très vite le palais du dégustateur. Un cigare d’apéro qui est pour moi sans intérêt gustatif. Le seul point positif est qu’il soit curieusement fumable et non dérangeant.

Bien à vous.

12:07 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

14/11/2013

Romeo y Julieta Short Churchills

Le Romeo y Julieta Short Churchills est un robusto cubain qui n’a de Churchills que le nom. De 1er abord ce cigare donne tout de suite confiance avec une cape chocolat au lait très gracieuse et une allure sobre et chic à la fois grâce à ses 2 bagues. La prise en main est parfaite et son tarif tout à fait honnête lui permet d’être accessible au plus grand nombre.

20130915_173214.jpg

A cru on retrouve bien la signature des « Romeo » avec une dominante herbacée et du tabac fermenté. Ce cigare est très ventilé et parait presque creux tellement l’air y passe sans résistance. L’allumage n’est qu’une formalité et ce robusto offre dès le début un large panel de fumée.

Gustativement les premières bouffées sont rassurantes et gouteuses. Je retrouve bien le fameux gout cubain (cuir, tabac suave, herbe sèche, poivre) avec une pointe d’amertume supplémentaire faisant penser à du citron. La mise en bouche est immédiate  et il faut le dire assez agréable. C’est curieux comme parfois le 1er tiers vous satisfait sans pour autant trouver les mots pour exprimer  les nuances gustatives que l’on ressent.

20130915_174600.jpg

Le fumage va bon train et le Short Churchills se consume assez vite ce qui m’oblige à ralentir ma dégustation. Malheureusement à l’arrivée du 2ème tiers une amertume écrasante prend le dessus et laisse passer avec elle tout le plaisir que j’éprouvais jusque-là. Aiee ! Quelle déception pour mon palais qui attendait quelques rondeurs voir même des surprises dans cette suite gustative.

Je continue tout de même le fumage qui reste très « sec » avec un cocktail herbacé amer et puissant à la fois. Je m’arrête à l’arrivé du 3ème car je n’éprouve hélas plus de plaisir dans cette dégustation en demi-teinte.

20130915_181155.jpg

Malgré un début très prometteur et une construction parfaite ce Romeo y Julieta me laisse sur ma faim et n’a clairement pas séduit mon palais exigeant. Ce cigare conviendra surement aux amateurs de saveurs fraiches et herbacées que je ne suis pas.

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Cape très charmante, tirage très souple, format agréable, aspect sobre et chic des 2 bagues.

Saveur et Subtilité 1.5/5 : Ce cigare n’est pour moi pas assez riche mais propose un 1er tiers très agréable et efficace. Le 2ème tiers monte en amertume ce qui gêne la découverte d’autres saveurs plus rondes. Un cigare frais et bien cubain mais que ne m’a personnellement pas convenu dans son évolution. Je n’ai hélas pas exploré le 3ème tiers…

Force 3/5 : La force est correcte et maitrisée.  

Prix 4/5 : Un tarif très respectable  pour un robusto cubain. (10.4 euros).

Note Globale 12.5/20 : Je n’ai pas été séduit par ce liga mais je pense que ce cigare peut tout à fait convenir au plus grand nombre. Amateur de cigare riche et gras je reste sur ma faim malgré un début très agréable. Sa construction parfaite et son allure moderne et chic restent des atouts pour tout cigare cubain qui se respecte. A revoir si l’occasion se présente !

Bien à vous.

16:29 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

24/10/2013

Ma Civette de Poitiers

S’il y a un lieu qui est important pour tous les amateurs de cigare c’est bien leurs civette ! J’ai voulu vous présenter ma Civette situé à Poitiers (La Civette 1 Place du Maréchal Philippe Leclerc, 86000 Poitiers Tél : 05 49 41 16 23).

20131023_162902.jpg

C’est la seule Civette de tout Poitiers et c’est avec grand plaisir que je m’y rends pour acheter mes cigares mais aussi parfois seulement pour discuter cigare. Le gérant est un passionné de cigare qui connait bien ses produits et qui a un choix variée et très avisé avec la plupart des terroirs (Cubain, Nicaragua, Rep Dominicain). De plus pour mon plus grand plaisir, il est à l’affut des dernières nouveautés (Edition Limitée, Edition Régionale). 

20131023_161936.jpg

Avec lui vous pourrez discuter cigare en toute franchise et il ne forcera jamais à la vente. Autant dire qu’il est très sympa et que l’on apprend beaucoup en sa compagnie. Sa Civette est équipée de 3 armoires ventilées ainsi qu’un très grand choix d’accessoires. Les cigares y sont très bien conservés et contrôlés avant la vente ce qui évite les déceptions des cigares bouchées.

20131023_161943.jpg

Si le gérant n’est pas là lors de votre visite une charmante et agréable vendeuse prend le relais avec des connaissances avisées sur la plupart des modules. Elle vous conseillera et vous guidera si vous êtes indécis sur vos achats.

Ma Civette est située en plein centre-ville de Poitiers dans l’angle de la place du Maréchal Leclerc non loin de la mairie de Poitiers.

Si vous avez l’occasion d’y aller dite que vous venez de ma part !

Bien à vous.