18/06/2015

Trinidad Vigia

Voici le retour d’une marque emblématique que tout afficionado se doit de connaitre mais qui paraissait être amenée à disparaitre : Trinidad. En effet nous avons vu certains modules sortir de la production dont le fameux Robusto T dont la réputation n’est plus à faire et qui aujourd’hui n’a, je pense, pas d’équivalent connu. Voici donc une bonne nouvelle avec l’arrivée du nouveau Trinidad Vigia. C’est un robusto à l’allure joufflue (110 x 21.43mm) qui s’habille d’une magnifique cape presque maduro (pour mon exemplaire). Toujours autant de prestance avec une bague parfaitement ajustée et surtout sa tête fermé façon « tire-bouchon» caractéristique de la marque repris depuis peu par la gamme Behike de chez Cohiba.

20150613_154002.jpg

Il est très beau et parfaitement dans l’air du temps alors il faut maintenant le déguster !

20150613_154326.jpg

Je le coupe et découvre un tabac foncée. Le tirage est parfait et à crue les aromes sont francs et épicés.  Les premières bouffées me donne le sourire… que c’est bon mes amis ! Cette mise en bouche est très plaisante avec un cocktail cubain parfaitement maitrisé et une touche grillée façon moka qui vous enveloppe le palais. Je retrouve ce fameux goût à la fois gras et corsé que j’avais tant apprécié dans le Trinidad EL 2010. La fumée est épaisse et je profite de ce début d’après-midi presque ensoleillée...

20150613_161522.jpg

Par la suite le fumage ce fait plus dense avec une montée de la puissance et un renforcement sans équivoque des saveurs fortes et épicés (poivre, piment, tabac amer, cuire et terre humide, café torréfié). C’est complet et on ne s’ennuie pas. On trouve par moment des noisettes grillés qui viennent arrondir légèrement ce cocktail sans réussir véritablement à l’attendrir.

20150613_162239.jpg

Le 3ème tiers est comme on pouvait si attendre, puissant et roboratif. C’est rassasiant mais toujours appréciable car la puissance bien qu’élevée reste maitrisée. Les saveurs deviennent animales  et la bête retire sa muselière pour vous saisir les papilles. La fumée est très odorante.  Je le déguste jusqu’à m’en bruler les doigts avec beaucoup de plaisir.

20150613_165237.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 5/5 : Cape maduro magnifique, beaucoup d’allure, construction sans faille, format de dégustation (1h15 de fumage), prestige de la marque.

Saveur et Subtilité 4/5 : Le début est explosif en bouche. C’est équilibré et subtil avec une dominante épicé. On découvre des notes de moka grasses et franches suivi de saveurs grillées. L’évolution se fait sans problème pour finir dans un registre corsé et animal. Un peu plus de rondeur et de gourmandise le rendrait parfait.

Force 4/5 : Il est entreprenant dès l’allumage et procure une puissance modérée à élevée en passant par toutes les étapes nécessaires. Il y a de la maitrise et on ne se laisse pas surprendre. Le final est rassasiant et tonic. Un bon cigare d’après repas.  A éviter pour les débutants.

Prix 5/5 : C’est l’excellente surprise de ce Vigia vendu bien moins cher que l’habitude de la marque. Du coup il est abordable et parfaitement concurrentiel dans sa gamme (12.5 euros).

Note Globale 18/20 : Voilà encore un cigare que je vais garder en permanence dans ma cave… Il est excellent pour ceux qui aiment les cigares qui ont du caractère et une bonne dose d’épices à revendre. Je le trouve magnifique et il respire la qualité. Son évolution est agréable même si le final peut paraitre un peu trop franc. C’est son tempérament et je l’ai aimé aussi pour cela. A bon entendeur….

Bien à vous.   

10:03 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/06/2015

Hoyo de Monterrey Le Hoyo de San Juan

J’ai enfin pu gouter le dernier né de chez Hoyo de Monterrey Le Hoyo de San Juan. Fidèle à cette marque que je trouve à mon goût, je ne pouvais entendre parler de ce grand robusto sans essayer de m’en procurer quelques exemplaires. Ce fût chose faite lorsque ma femme est allée à Genève (Merci chérie) ! Il y a beaucoup de chose à dire sur ce cigare qui propose un tabac 100% cubain avec en prime une origine de terroir très spécifique : une petite parcelle (17 ha) de la Vuelta Abajo (ouest de Cuba) nommée San Juan. C’est en quelque sorte un puro d’appellation d’origine contrôlée produit avec les tabacs d’un seul petit terroir de Cuba.

20150608_141517.jpg

Pourquoi pas ? Mais, il faut le gouter pour comprendre la raison de cette démarche. Parlons avant cela de son apparence qui le hisse tout en haut des podiums cubains avec un format « geniales » (150x21.43mm). Sa cape est fine et soyeuse. La bague arbore de la dorure tout en gardant de la discrétion et du raffinement. Il est très bien roulé et agréable à manipuler.  Pas de fausses notes ce cigare me fait vraiment envie et il faut donc passer à l’étape suivante.

20150527_143236.jpg

A cru c’est assez gouteux avec du tabac humide et des bois précieux. Les premières bouffées sont surprenantes car le cocktail de saveur est franc et déjà intéressant. Je découvre une force moyenne avec du cuir humide, du tabac, de l’humus et de la vanille.  C’est fondant et assez puissant pour un début ce qui n’est pas pour me déplaire. La cendre fait corps avec le cigare.

20150527_150036.jpg

Dès l’approche du 2ème tiers le cigare prend un virage gustatif sans retour. En effet la fumée déjà riche du début devient très grasse et gourmande. A titre de comparaison cela me fait penser à la moelle d’un bon Osso bucco tellement cette sensation grasse me tapisse le palais. Les saveurs sont gourmandes avec des cacahuètes, des noisettes grillées, des champignons (type cèpe) tout en gardant une dominante de tabac suave et une force plus que convenable. C’est épatant et très plaisant !

20150527_151736.jpg

La suite n’offrira qu’un renforcement de la puissance avec quelques notes poivrées sur sa dernière partie. Dommage, pas de final tonitruant pour ce Hoyo qui campe sur sa belle démonstration et garde une musicalité franche, grasse et gourmande jusqu’à son extinction. Rien n’en faut car la promesse de nouveauté est largement tenue.

20150527_161230.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 4.5/5 : Belle cape, construction parfaite, bague discrète, format de dégustation (1h30 de fumage).

Saveur et Subtilité 4.5/5 : J’ai trouvé ce cigare excellent et j’avoue avoir été gustativement bousculé. Le 1er tiers offre un panel complet et gourmand et la suite n’est qu’une démonstration de la richesse gustative liée à ce terroir d’exception. C’est suave à souhait et très subtile par moment. Le final n’évolue pas assez mais reste agréable et gourmand.

Force 4/5 : Le début agréable est de force moyenne. La suite se renforce en étant entreprenante mais toujours abordable. Le final manque légèrement de force (pas assez rassasiant pour un cubain de ce niveau).

Prix 4.5/5 : Un tarif tout à fait adapté. (14.5 euros).

Note Globale 17.5/20 : Encore une bonne note pour ce nouveau Hoyo de Monterrey qui je suis sûr vous séduira. Il procure une excellente dégustation avec un niveau de richesse gustative hors du commun que j’ai grandement apprécié. On s’éloigne par contre de la ligne des « Epicure » car le cigare est dès son démarrage bien plus puissant. Il reste tout de même acceptable pour la plupart des amateurs. Le final bien que pas assez rassasiant (si on le compare à un D4...) reste puissant et démonstratif. A découvrir pour tous les épicuriens curieux et exigeants.

Bien à vous.

16:36 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2015

Partagas Serie D n°6

Je reste encore cette fois sur un petit cigare avec la découverte du nouveau Partagas Serie D n°6. Tout le monde connaît le fameux Partagas D4 et bien voici sa version lilliputienne avec seulement 9 cm de long pour le même cepo (50). Il existe déjà le D5 qui propose une version légèrement plus courte tout en restant un robusto mais ici nous sommes bien dans le domaine des petits robusto qui ont, il faut bien le dire, le vent en poupe. J’avoue aimer les petits formats mais là il parait tout de même vraiment riquiqui ce Partagas. Ma curiosité et une cape impeccablement roulée m’ont fait vaciller.

20150522_150541.jpg

J’ai en effet été surpris positivement en voyant la couleur caractéristique des « vraies » D4 (tel qu’ils devraient toujours être) avec une cape grasse et légèrement nervurée. J’ai remarqué que très souvent l’apparence reflète la qualité de la vitole. En main on a l’impression d’avoir un bout de cigare avec tout de même du style.  

20150522_150637.jpg

Je l’ouvre ! Le tirage est souple et l’allumage une simple formalité. Les premières bouffées me donnent le sourire car je retrouve parfaitement le cocktail si envoutant et épicé du D4. Quel plaisir gustatif avec tant d’intensité dès le démarrage. Je perçois la saveur caramélisée que j’apprécie tant avec aussi des noisettes, du poivre et des bois précieux (cèdre, chêne). Le début de ce D6 est très savoureux et met tout de suite dans l’ambiance avec un niveau de puissance assez élevé.

20150522_150920.jpg

Par la suite le cigare ce fait plus profond et entreprenant avec un enrichissement de la palette gustative du début (fruits secs, noisettes grillées, champignons, tabac suave) et une force prometteuse. Le mélange de ce D6 est quasiment identique à un très bon D4 et distille des saveurs cubaines intenses et franches.

20150522_152327.jpg

Malheureusement la fin est toute proche sur ce genre de format… Le final monte crechendo en puissance pour atteindre un sommet assez intéressant. Les saveurs se font plus poivrées et nicotineuses saturant quelques peu mes papilles amusées. La dégustation fut aussi courte qu’intense avec au passage une bonne poignée de plaisir !

20150522_155939.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 3.5/5 : Cape jolie, tirage parfait, cendre solide, format trop mini (40 minutes de fumage).

Saveur et Subtilité 4/5 : On est tout de suite dans le vif du sujet avec une palette aromatique cubaine riche et épicée. La suite s’arrondie avec des notes plus suaves et gourmandes. La fin force un peu sur le poivre avec une forte longueur en bouche.

Force 4/5 : Pas de préliminaire ! Ce D6 ne fait pas dans la dentelle et propose une force élevée qui progresse avec maitrise jusqu’à atteindre un niveau rassasiant. C’est entreprenant et vif, à éviter comme 1er cigare pour un débutant.

Prix 3.5/5 : Un tarif discutable mais finalement honnête si on se tient compte du rapport prix/plaisir. (8.5 euros).

Note Globale 15/20 : La note est bonne car le cigare est bon. Rien à dire niveau construction ce petit robusto est bien roulé avec une cape très charmante. Les saveurs sont gourmandes et épicées.  La force est au rendez-vous et le final ne vous laissera pas indiffèrent. Le seul point discutable et donc sa petitesse qui fond de lui un très petit cigare de dégustation me laissant un peu sur ma faim. C’est dommage car il a tout pour plaire et offre beaucoup de plaisir . Pour à peine 2 euros de plus on peut s’offrir des excellents robusto (ex : Ramon Allones Specially Selected) ce qui fait donc réfléchir l’amateur que je suis. Pour tous les curieux et nostalgique du « vrai » D4, il reste un cigare de choix à fumer en tout occasion !

Bien à vous.

10:44 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/05/2015

Romeo y Julieta Petit Churchills

Le mois de mai avance et j’ai fait quelques bonnes découvertes avec notamment le Romeo y Julieta Petit Churchills. Dégustant mes cigares en extérieur, je profite du retour du beau temps pour m’offrir quelques bons moments de détente en compagnie de bonnes vitoles. Ce cigare qui m’a été ramené par ma femme de Suisse m’a tout de suite séduit par son apparence très soignée et sa cape grasse et luisante. Son format court (petit robusto) lui donne de la singularité et promet un concentré du meilleur de Cuba.

20150510_172744.jpg

Il ressemble comme deux gouttes d’eau à son grand frère le Wide Churchills mais en plus petit (d’où son nom) et semble profiter des mêmes avantages avec une très belle construction. Cette promesse de gourmandise m’oblige donc à l’ouvrir sans plus tarder.

20150510_173427.jpg

Le tirage est souple avec un cocktail (à cru) épicé et fondant. L’allumage est aisé et la fumée douce et fraîche en bouche. Je retrouve bien la touche « Romeo » dans ce début subtilement herbacé (tabac, humus, fougère) et fin (noisette fraîche, cuir humide, pain grillé). Autant dire que ce prélude met tout de suite en appétit et promet une belle dégustation.

20150510_174243.jpg

La fumée est agréable en bouche et aucun excès d’amertume ne vient perturber ce 1er tiers tout en douceur mais avec une puissance moyenne et présente. On est dans ce que je nomme le « cocktail cubain » un gage de qualité et de plaisir pour tous les afficionados.

20150510_180016.jpg

La suite n’est que l’émerveillement des sens avec un développement de la puissance et un renforcement des saveurs (noisettes grillées, champignons, tabac suave, poivre vert). Je me délecte de ce moment si plaisant en me disant que je tiens là un excellent havane que je dois de toute évidence partager avec d’autres.

20150510_183440.jpg

La séance n’est malheureusement que de courte durée et il arrive indéniablement sur sa fin. Le final devient corsé sans être désagréable avec des notes animales intéressantes. Le palais se régale et c’est l’essentiel. Les dernières bouffées sont chaudes et légèrement astringentes mais  je déguste tout de même ce petit Romeo jusqu’à sa toute fin.

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Aspect soigné et construction parfaite, format court (102x19.84mm) mais séduisant.

Saveur et Subtilité 4.5/5 : Un vrai délice cubain d’un bout à l’autre sans fausse note gustative. L’évolution est claire et cohérente. Le final est punchi et animal.

Force 4/5 : La force est moyenne. Le fumage est dynamique et du coup on ne s’ennuie pas. Le final est presque rassasiant. Accessible au débutant.

Prix 4.5/5 : Le prix est proportionnel à sa taille mais le plaisir reste le même ! Excellent rapport qualité prix/plaisir pour un cubain de haut niveau (8.9 euros).

Note Globale 17/20 : Ce cigare est une vraie réussite et contient beaucoup de qualité dans un format de poche. Le fumage est très agréable avec une souplesse et une richesse digne des plus grands havanes. L’évolution gustative est simple, dynamique et efficace. Pour un temps de fumage plus long et plus profond il suffit d’aller voir son grand frère le Wide Churchills. Son seul défaut est donc son format court qui peut déplaire à certains amateurs. Pour ma part, je le trouve très harmonieux pour un fumage d’une heure minimum en tant que « petit » cigare de dégustation.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce cigare qui est mon coup de cœur du moment !

Bien à vous.

12:37 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |