10/09/2012

Pléiades 20ème anniversaire robusto

Voici une dégustation que je voulais faire depuis un moment pour comparer 2 vitoles de la même marque. Je vous avais déjà parlé du petit robusto Pléiades 20ème anniversaire et bien voici son grand frère le robusto (127 x 20.6 mm). Rien ne change au niveau des bagues. La cape est encore plus foncée, curieusement presque bleuté (ce qui surprend). Dans l’ensemble le cigare est très bien roulé avec une bonne finition.

DSCF9412.JPG

Je l’ouvre à l’emporte-pièce et découvre un tirage très aéré. Les saveurs à cru sont végétales (herbe sèche, tabac) avec une pointe d’amertume (piquant). Jusque-là rien de très diffèrent du petit robusto.

DSCF9413.JPG

A l’allumage, c’est très proche aussi avec des notes de réglisse et un cocktail léger et frais. On trouve du bois précieux avec une pointe de poivre mais cela reste agréable. Le cigare est léger et offre une belle fumée bleutée souple et odorante.

Le 1er tiers est une mise en bouche assez simple mais pas ennuyante. La cendre est parfaite (bien blanche) avec une tenue très agréable.

DSCF9414.JPG

L’évolution se fait malheureusement attendre et la rondeur ne vient que tardivement (voir pas)… Les saveurs deviennent plus franches avec une dominante grillée (café) et boisé sans pour autant séduire. A la grande différence avec le petit robusto ce format demande plus de temps pour se mettre en place. A ce niveau (2ème tiers), je suis surpris de ne pas trouver de saveurs gourmandes, ce qui agace un peu mes papilles.

Le fumage reste plaisant mais un peu trop linéaire et j’arrive malgré cela au 3ème (sans enthousiasme). La force gustative arrive d’un coup et me prend de plein fouet avec une montée en puissance du poivre. Que dire si non que je commence à vraiment  m’agacer ! Le cocktail est  désormais dénué de rondeur ce qui ne me convient plus… je décide donc de ne pas aller jusqu’au bout m’arrêtant au début de ce 3ème tiers.

DSCF9415.JPG

Bref, 45 minutes de dégustation gâchées par une fin brutale qui manque de souplesse…

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Cape très foncé et jolie, tirage royal, cendre qui tient, aspect gourmand et bien fini.

Saveur et Subtilité 3/5 : Le 1er tiers met un peu de temps à se mettre en place pour offrir un cocktail simple mais agréable (tabac frais, poivre, réglisse, bois précieux). Le 2ème tiers s’enrichi légèrement avec plus de caractère mais pas assez de rondeur (café torréfié). Le 3ème tiers laisse la part belle au poivre et en oubliant les gourmandises…

Force 3/5 : Très léger dans son ensemble le cigare reste facile à fumer. Le final est plus corsé. Un manque de tempo casse un peu le rythme de la dégustation.

Prix 4/5 : Prix correct pour un robusto de cette qualité (7,9 euros).

Note Globale 14/20 : Je suis vous l’aurez compris, un peu déçu par cette dégustation qui est « trop » simple et « trop » linéaire pour mon goût du jour. Je m’attendais à mieux surtout connaissant la version courte qui est vraiment plus aboutie et gourmande. Un conseil préférez lui donc le petit robusto qui en plus d’être moins onéreux offre une dégustation plus complexe. Le final m’a achevé avec ce surplus de poivre mal venu… Dommage !

 

19:21 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

30/08/2012

Navarre Porthos

Je vais vous parler de ma dégustation du cigare Français Navarre Porthos. J’ai profité d’une soirée pendant mes vacances dans les Pyrénées pour découvrir ce grand robusto (150 x 19.84 mm) que son créateur (Thierry Frontère) m’a généreusement offert.

Son apparence est flatteuse avec une cape colorado joliment nervuré. Son diamètre de robusto et ses 15 cm en fond un cigare imposant et charismatique. Son parfum est très floral (miel) et frais (fougère).

DSCF9143.JPG

Ce cigare me donne grandement envie et c’est avec beaucoup de plaisir que je débute cette dégustation. Le tirage est souple et les saveurs a cru sont douces (mie de pain, herbe sèche). J’allume ce grand robusto sans problème. Les premières bouffées sont douces et très gustative ce qui est vraiment agréable. Je trouve un cocktail encore inconnu et qui ne ressemble pas du tout à son petit frère l’Athos. La dominante est boisée/herbacée avec des noisettes fraiches et du tabac doux (légèrement amère) en arrière-plan. Je ne m’attendais pas à cette saveur de noisette dans un 1er tiers et je me délecte de cette fumée très fine et gourmande.

DSCF9147.JPG

La combustion est bonne mais la cendre est assez fragile. Les bouffées vont bon train et le cigare prend du caractère avec une subtilité sucrée très plaisante. En effet par moment on découvre une saveur qui se rapproche du miel et qui doit être liée (je pense) à la combustion de la cape.

DSCF9152.JPG

J’arrive dans un 2ème tiers plus fondu encore avec une monté en intensité appréciable. Le tabac reste doux et fin en bouche avec toujours cette saveur de noisette fraiche. Le cigare se comporte bien et brûle lentement avec toujours autant de souplesse de tirage. La fumée se fait plus épaisse mais reste docile pour mon palais, permettant plusieurs bouffées sans le saturer.  

La suite reste dans cette même lignée mais n’est pas ennuyante du tout car le cigare est suffisamment complexe pour égayer mes papilles.  Le fumage est assez long grâce au 15 cm du Porthos et je suis déjà à 1h de dégustation quand je m’approche du 3ème tiers.

DSCF9156.JPG

Le 3ème tiers monte d’un cran en puissance sans pour autant déplaire. Une amertume de tabac arrive sur cette dernière partie avec une note de vieux cuir et de terre humide. La toute fin est entreprenante mais reste suffisamment douce.

Au final j’ai passé 1h20 de plaisir avec ce Navarre Porthos qui m’a épaté par sa complexité et sa construction sans faille. Je tiens encore à remercier Mr Frontère de m’avoir permis de découvrir sa création.

DSCF9160.JPG

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Cape colorado lisse gourmande, tirage idéal, taille permettant une vraie dégustation (1h20), cendre un peu friable, prestige du Made in France.

Saveur et Subtilité 4/5 : Le Porthos est subtile et gourmand (noisette fraiche) dès les premières bouffées. La complexité  des noisettes fraiches avec cette pointe de miel est très plaisante. Le 2ème tiers intensifie les saveurs avec un peu d’amertume et de la rondeur (tabac suave). Le 3ème tiers laisse apparaitre plus de caractère avec du cuir et de la terre humide.

Force 3/5 : Ce cigare est moyennement léger ce qui le rend facile à fumer. Dès le 2ème tiers la puissance se fait sentir sans brusquer. Le final et entreprenant jusqu’à son extinction (mais pas assez rassasiant).

Prix 4/5 : Un tarif très honnête pour un grand robusto.  La qualité et l’originalité de ce cigare justifie amplement son tarif (11,90 euros).

Note Globale 15/20 : Le Navarre Porthos m’a agréablement surpris et j’ai passé un très bon moment en sa compagnie. La complexité du début le distingue et permet un fumage gourmand. Sa qualité de fabrication est aussi à souligner. Malgré une palette aromatique limitée il est suffisamment complexe pour en apprécier les 3 tiers. La douceur du tabac permet aussi une dégustation « facile » ce qui peut le rendre accessible aux débutants. La marque Navarre est la seule qui propose des cigares 100% Français (Puro) et je le Porthos a largement tenu ses promesses !

10:10 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/08/2012

Trinidad Short Robustos T EL 2010

Si il y a bien une marque que je connais peu c’est Trinidad, mais ma curiosité et mon intérêt pour les éditions limitées m’a fait choisir ce petit module dans cette civette de Carnac : le Trinidad Short Robustos T EL 2010. Autant vous le dire de suite, j’ai longtemps hésité car son tarif salé pour un cigare de cette taille (16 euros) freinait un peu mon envie de découverte. Mais au final sa magnifique apparence a eu raison de moi…

DSCF8503.JPG

Parlons d’abord de son physique. Ce petit robusto (102 x 19.84 mm) semble taillé dans une barre chocolatée avec sa cape lisse, grasse et brillante. Les 2 bagues occupent presque la moitié du cigare lui donnant un aspect joufflu et précieux. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il donne envie dès le premier coup d’œil ! Son odeur est puissante (cèdre et tabac) et suave (coco et terre humide) ce qui donne tout de suite le ton.

Ma seule expérience de la marque fût avec un robusto T et je me rappelle juste qu’il était très bon. Je l’ouvre avec mon coupe cigare double lame et lui retire donc sa petite « torsade » caractéristique de la marque. Le tabac semble très serré mais le tirage ne l’est pas… Ouf ! Les saveurs a cru sont piquantes (tabac) et grasse avec un goût de bois humide.

DSCF8994.JPG

Il est temps de l’allumer vous ne croyez pas ? J’allume sans problème ce petit joufflu en prenant soin de bien l’embraser uniformément. La première bouffée me scotch sur place tellement je suis surpris pas le bouquet de saveurs. Ce petit robusto T est tout simplement délicieux avec un goût nouveau pour moi. Le cocktail du début est formé d’une saveur dominante de bois précieux (cèdre, chêne), de vieux cuir, de chocolat doux et d’une fine touche de moka (café torréfié). Il y a aussi un autre goût que je ne saurais bien définir mais qui ressemble à de la viande fumé au bois de chêne. Vous allez dire il a fumé celui la … et bien oui !

DSCF8996.JPG

La combustion est parfaite et je dévore littéralement chaque bouffée avec un plaisir intense à chaque fois. Après quelque centimètre de fumage le cigare se fait plus franc (fort) et plus rond tout en gardant son côté torréfié/boisé. La force est relativement douce et aucune amertume ni astringence ne vient gâcher cette dégustation.

DSCF9002.JPG

Le 1er tiers est désormais brulé et je passe doucement dans l’étape suivante. L’évolution gustative n’est pas trop marquée et le cigare garde sa saveur si complexe du début. Quelques notes suaves et riches viennent encore me surprendre (noisette grillé, praliné, vanille). Je me délecte de ce cocktail très agréable qui mêle le bois précieux au chocolat avec un arrière-plan grillé.

DSCF9011.JPG

Le fumage va bon train et je suis déjà obligé de pensé retirer la bague EL. La combustion est assez lente offrant une dégustation suffisamment longue malgré sa mini taille. Je suis déjà à 45 minutes de dégustation quand j’arrive au 3ème tiers.

DSCF9015.JPG

Le fumage s’intensifie encore pour devenir rassasiant et puissant en bouche. Chaque volute me tapisse le palais avec franchise et douceur à la fois. Quelle maitrise, aucune amertume ! Que du plaisir et je suis comblé par ce final corsé qui apporte des saveurs animales (suit, musc, écurie) tout en gardant la finesse gourmande du début (chocolat, moka). Le poivre est curieusement absent de cette vitole et c’est tant mieux !

DSCF9022.JPG

J’arrive hélas à sa toute fin en me brûlant les doigts sur les dernières bouffées… Au final une bonne heure de dégustation pour ce petit mais délicieux Trinidad.

DSCF9031.JPG

Mes notes :

Construction et Aspect 5/5 : Cape magnifique, tirage royal, cendre solide, format joufflu, 1 h de fumage minimum, charme gourmand des Editions Limitées !

Saveur et Subtilité 5/5 : Beaucoup de richesse et de complexité dès le début. Ce petit robusto offre de suite son potentiel avec beaucoup de finesse. Les saveurs sont vraiment agréables avec une dominante boisé/torréfié, suave (vieux cuir) et gourmande (chocolat, moka). L’évolution est subtile et permet d’apprécier un 2ème tiers fondu et riche (noisette, praliné). Le final est puissant et rassasiant prenant une tournure bestiale.

Force 5/5 : Moyennement puissant le cigare ne brusque pas. Une excellente maitrise de la puissance donne beaucoup d’agrément à ce module. La puissance du 3ème tiers ne dérange jamais. Un sans-faute !

Prix 3/5 : Peut-être son seul défaut. Son tarif un peu élitiste (16 euros) en fait un cigare que l’on s’offre seulement pour les grandes occasions… Dommage !

Note Globale 18/20 : Quelle petite merveille j’ai découvert. Je ne regrette aucunement mon achat ! Ce petit cigare m’a offert 1 heure de plaisir avec des saveurs nouvelles et appréciables. Sa construction est parfaite et il offre beaucoup d’agrément. L’évolution est fine et le final rassasiant. Que demandez de plus ? Je suis sous le charme de ce cigare qui est hélas un peu trop cher pour ma bourse mais qui en fait un cigare d’exception à essayer au moins une fois dans sa vie.  

10:18 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/08/2012

Juan Clemente Obelisco (confirmation)

Me voici donc pour un 2ème essai de ce fameux Juan Clemente Obelisco (152 x 20mm). Comme je vous l’avais dit c’est le patron de la civette de Poitiers que me l’avait conseillé en me disant que c’était surement le meilleur module de Juan Clemente. Bien que la forme du cigare ne me plaise guère, la 1ère dégustation fût un régal et je lui avais accordé un très bon 17/20.

DSCF8863.JPG

Je l’ouvre donc et je découvre un tirage très souple et des saveurs de tabac amère et de l’herbacé. Je l’allume sans plus attendre et comme la dernière fois, je suis surpris pas la rondeur des premières bouffées. On s’attend à avoir un cocktail léger et herbacé et c’est tout le contraire qu’il se passe. Les saveurs du début son riches et douces à la fois avec un arrière-plan pâtissier (brioche, vanille) et gourmand (sucré, tabac suave).

DSCF8867.JPG

La fumée est très agréable en bouche et le tirage souple permet de bonnes bouffées. La cendre est suffisamment solide pour tenir 3 cm avant de tomber ce qui n’enlève rien à l’agrément de ce cigare.

J’avance dans cette dégustation vers un 2ème tiers plus soutenu. Le cocktail change légèrement pour laisser apparaitre quelques fines touches de noisette (miam) mais du tabac amer vient fâcheusement changer la donne. A la différence de la dernière fois, je trouve cette amertume de tabac (non dérangeante) dans ce 2ème tiers.

DSCF8870.JPG

Le fumage reste plaisant et la combustion est parfaite (droite, cendre dure, tirage +++).

J’arrive dans la dernière partie du cigare et malheureusement l’amertume se confirme et se développe… Les saveurs restent douce et légère mais après chaque bouffée cette astringence vient tout gâcher et me laisse en bouche la sensation d’avoir croqué dans la peau d’une prune pas assez mure.

DSCF8875.JPG

Je fume tout de même cette Obelisco jusqu’à sa toute fin, curieux de cette saveur si intense et au final pas si désagréable que ça.

Cette 2ème dégustation confirme donc que chaque cigare est unique. Le 1er que j’ai fumé n’avait pas d’amertume dans son 3ème tiers. Au final je peux vous dire que ce Juan Clemente est un cigare gustatif et bien construit avec pour un dominicain une évolution intéressante. Il reste plaisant et permet une heure de dégustation.

Je rabaisse tout même la note de cette vitole à 16/20 car elle a développé un peu trop d’amertume. Un cigare qui mérite d’être dans ma cave en permanence car en plus il offre un excellent rapport qualité prix (7 euros).

Bien à vous.

10:01 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |