17/05/2016

Romeo Y Julieta Piramides Anejados

Comme beaucoup d’afficionados, je me suis intéressé à la nouvelle gamme des « Anejados » qui propose des cigares vieillis entre cinq et huit ans par les soins d’Habanos. Le concept est intéressant et ma curiosité m’oblige aller voir de plus prêt. La gamme a débuté en 2015 avec deux cigares : un Churchill Montecristo et un Piramides Romeo y Julieta. Chaque année de nouveaux « cigares vintages » complètent la gamme des cubains Anejados. 

Mes oreilles ont entendues beaucoup de choses (bonnes et surtout mauvaises) à propos de ces « nouveaux vieux » cigares et je voulais me faire ma propre idée sur ce phénomène naissant.

20160508_174443.jpg

Ma femme m’a offert deux beaux exemplaires de Romeo Y Julieta Piramides Anejados lors de mon anniversaire (Déc 2015) et je les ai laissé se reposer jusqu’à aujourd’hui (début mai 2016) en attendant le bon moment. J’ai pris cette habitude de laisser reposer mes nouvelles vitoles au moins 3 mois dans ma cave à cigares avant de les déguster et je trouve que cela est souvent bénéfique.

Parlons de son esthétique. Il est vraiment bien roulé avec une cape colorado d’un caramel roux séduisant. L’obus est très bien fini et les bagues ajustées. Son format Figurado (156 x 20,64mm) promet un beau et long fumage. C’est simple, il est beau et donne envie tout de suite !

J’aime beaucoup les cigares en obus car leurs ouvertures et facile et le tirage toujours excellent ce qui est le cas pour ce RYJ. A cru les saveurs sont poussiéreuses et discrètes (grenier, tabac sec, foins).

20160508_175216.jpg

Passons à l’allumage de ce beau Figurado. Les premières bouffées sont douces et moelleuses avec un cocktail cubain très maitrisé. Le début est rapidement gouteux avec des notes rondes et pâtissières. La fumée est épaisse en bouche avec beaucoup de parfum au nez. C’est bon et je déguste ce cigare avec plaisir en le fumant lentement pour ne pas qu’il chauffe car le tirage est très souple.

Le 2ème tiers arrive avec brio et délivre un panel de saveurs gourmandes assez impressionnantes et mes papilles s’amusent à les découvrir. L’amertume est faible et maitrisée laissant apparaitre des noisettes grillées, du cuir humide, des pains briochés, du café torréfié, du caramel et du pralin. Le cigare s’enrichie de plus en plus avec beaucoup de maitrise. Quel plaisir !

20160508_183528.jpg

Le final offre un peu plus d’épices (poivre vert) et de force tout en gardant cette magnifique rondeur. Le virage gustatif entre le 2ème tiers et le 3ème tiers n’est effectivement pas très marqué mais cela n’est pas grave car le cigare offre le meilleur de lui-même jusqu’à son extinction !

Mes notes :

Construction et Aspect 4.5/5 : Beau format permettant une vraie dégustation (1h30), construction parfaite, cape et bagues charmantes, très bon tirage, cendre solide.  

Saveur et Subtilité 5/5 : Un début rond et fondant qui va s’enrichir avec toutes les pépites qu’on peut attendre d’un excellent cigare cubain. C’est maitrisé, gourmand et franchement délicieux. Le final s’enrichie sans bousculer et restant puissant et doux à la fois. Du goût et encore du goût du début à la fin !

Force 4/5 : La douceur est de mise dans le 1er tiers. Le 2ème tiers est plus entreprenant avec une force modérée. Le final apporte la force rassasiante indispensable et nécessaire pour clôturer un fumage de ce niveau. Dans l’ensemble il est « facile » à fumer et accessible à tous.

Prix 4/5 : C’est là que tout se complique… Les Anejados ont un tarif assez élevé mais celui-ci mérite son prix sans sourciller (16 euros).

Note Globale 17.5/20 :

Belle découverte ! Je me suis laissé transporter par ce Romeo qui m’a offert 1H30 de plaisir. Ce cigare est une réussite pour ceux qui comme moi aime les propositions gourmandes. Sa construction parfaite permet un fumage serein et plaisant. J’ai apprécié le côté « fondu » et moelleux de cette dégustation mais surtout la complexité des saveurs proposées. A l’aveugle cela aurait été difficile de deviner la facette « vintage » de ce cigare mais le résultat proposé par cette Anejados est très convaincant. De plus son tarif salé se fait vite oublier tant il est appréciable. J’espère que les autres Anejados seront à la hauteur de celui-ci qui commence très fort !

Bien à vous.

10:55 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ça fait plaisir de te lire à nouveau l'ami !!!
Concernant ce RyJ, je n'ai pas encore eu l'occasion d'y goûter malgré un exemplaire en cave.
Disons que cette gamme "Añejados" me laisse dubitatif, surtout le Montecristo, mais ton CR a relancé ma curiosité.
Y a plus qu'à !!! :D

Écrit par : Aston | 17/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.