19/04/2013

Partagas 8-9-8 dégustations de groupe

Comme prévu, je publie les dégustations de groupe du Partagas 8-9-8 ! Vous pouvez vous aussi lecteur m’envoyer votre dégustation du 8-9-8 par email, si vous souhaitez être publié ici. Les autres dégustateurs seront publiés à la suite de cette note.

20130414_151241.jpg

Cape !

Ce Dalia est élégant et souple, sa cape soyeuse.
5...4...3...2...1...8-9-8 ! Embrasement immédiat pour fumée de rêve...
Les premières bouffées sont douces et légères, cuivrées et boisées (bois précieux).
Le cigare qui se fait crémeux est très agréable à garder en bouche et permet une rétro-olfaction délicieusement épicée.
La puissance est juste, équilibrée.
On aborde un deuxième tiers aux arômes plus torréfiés avec du cacao, du grillé léger, une pointe de sucre, c'est complexe, rond et suave.
Un petit dégazage relance le cigare qui a tendance à s'éteindre vers le milieu du deuxième tiers et ça repart dans l'onctueux avec une fumée dense et "mâchue", une belle longueur en bouche et un tirage correct.

Le troisième tiers confirme un cubain authentique, un puro rassasiant et gourmand à la puissance réelle mais non ostentatoire. A l'évidence, ce n’est pas de la fumette pour enfant de chœur !

Ma note : 17/20 tranquille. Le précédent 8-9-8 fumé cartonnait à 19/20 (voluptueux et mes doigts s'en souviennent !) ça se tient...

1h30 passée d'une belle dégustation (éloge de la lenteur) et désolé mais pas de photo car quand je suis "dans le cigare" (cirage ?), je peux difficilement faire autre chose !

Bonne dégustation à tous

François

Premier contact : bien humide, bien moelleux. La cape est plutôt jolie mais sans plus. J'ai déjà vu plus beau. Bref, découpage et dégustation :

Le découpage est net et sans bavure, le tirage est excellent. Par contre sans allumer, les saveurs restent très herbacées, sans grand-chose d'autre. Bref j'allume.

Le premier tiers est décevant, très herbacé. On sent derrière des saveurs de réglisse apparaître, et un peu du côté "bonbon" des bons Partagas, mais ça reste étouffé.

Sur le deuxième tiers les saveurs agréables se confirment, mais manque franchement de puissance. Mais le petit gout de réglisse est très amusant. Le deuxième tiers reste

Dans ce ton, juste assez de saveurs pour être agréable, mais pas assez pour être un excellent cigare. Globalement j'ai l'impression que ce 8-9-8 aurait peut-être dû patienter encore quelques temps dans ma cave. Pas de grande évolution sur le dernier tiers.

Bref je suis un peu déçu par cette dégustation, visiblement un peu prématurée. Ma note est de 13, car ce cigare est néanmoins agréable et a constitué une bonne pause dans ma journée, et on sent le potentiel du bébé à chaque bouffée. Malgré tout par rapport à d'autres 8-9-8 que j'ai déjà eu la chance de déguster, ce cigare fut un peu décevant.

Damien

A première vue, le module en impose, c'est grand, c'est long, c'est plutôt bien réalisé, la cape est soyeuse et grasse, la bague a presque l'air de serrer ce presque trop long cigare. Mais un module pareil, compte tenu de son cepo peut être délicat à fumer (tirage entre autre), mais je me lance.

Décapité OK, quoique la cape aura tendance à se décoller au fur et à mesure, mais ce n'est pas un défaut de construction, je pense que ma découpe à été faite pile à l'endroit où il ne fallait pas, mais passons, ce n'est pas grave. A cru, c'est cubain, c'est sûr, c'est crémeux et velouté, ça me fait penser à un mélange café spéculoos, le sucré en moins.

Bon, feu, on allume et là...là...C'est vrai qu'il est serré, mais pas bouché pour autant. Moi qui suit un amateur invétéré de Robusto bien joufflu, eh bien il faut que je dompte ce pur-sang, il envoie du goût tout de suite, mais c'est mesuré, contrôlé et sans aucune fausse note. Le volume de fumée est ample et franchement, c'est exactement ce dont j'avais besoin à la fin de la semaine, un vrai bon compagnon qui, je l'espère ne va pas me lâcher. Le goût du tabac est présent, mais une fois encore, velouté, gourmand et surtout maîtrisé. Bref, le premier tiers se passe très bien, c'est très bon, je n'ai rien d'autre à dire.

Le deuxième tiers arrive, on augmente en puissance, mais ça n'arrache pas pour autant, on suit son petit bonhomme de chemin, c'est un poil plus costaud, mais on reste sous le rupteur, ça prend du corps, c'est plus viril, mais je continue à me régaler. Par ailleurs, le cigare certes a été rallumé, mais il ne s'est jamais éteint (quand je vous disais qu'il ,n'allait pas me lâcher, ce fier compagnon !)

Troisième tiers...Ah, là, c'est plus pareil, c'est nettement plus masculin (euphémisme pour dire que ça envoie du gros) et parfois, on est limite avec les attaques de poivre aussi brutales que fugitives, mais qui sont rapidement contrôlées par un petit dégazage. On reste sur du costaud, du puissant jusqu'au bout, mais avec un tel tirage, il vaut mieux être outillé et assis, parce qu'il peut tourner un peu la tête, bref, pas un cigare de débutant. Pour ma part, il était accompagné d'un Chablis 1er cru bien frais qui contre toute attente s'est plutôt bien entendu avec le 8-9-8, le mariage du feu et de la glace, pas mal du tout. Je suis presque allé au bout, mais le final, de plus en plus copieux a viré au rassasiant et a finalement atteint le roboratif, un peu trop selon moi d'ailleurs.

Toute cette phraséologie pour dire que oui, j'ai apprécié ce module. C'est pas ce que je fumerais régulièrement, c'est vrai, c'est un cigare Noble avec un grand "N", d'exception, donc pour des occasions particulières et avec du temps devant soi (quand même 1,5 heure). Ce n'est peut-être pas aussi complexe en goût que ce que je m'imaginais, mais c'est tout de même très très proche de la master class. Bref, un cigare à avoir dans sa cave qui nous fera toujours très plaisir, mais on appréhende un peu...Et finalement, une fois que c'est fait, on se dit que ça valait le coup et qu'il faudrait le refaire plus souvent. Attention qu'en même, on ne le mets pas entre toutes les mains...

Traj'Ik

Sorti d'une boîte de 10 (LAG SEP 10), un vrai Partagas 8.9.8, entendez non-bouché !!!

 

p1010733r.jpg

Il s'agit là de mon 4e et il fut de loin le meilleur. Le premier (acheté à la pièce en civette) fut bouché. Le second, offert, a perdu l'essentiel de ses arômes (et surtout sa puissance) car desseché. Le troisième tiré de la boîte de 2010 fut très bon quoiqu'un poil dur au tirage. Ce dernier me révéla enfin ce que les autres persévéraient à me cacher !

 Son aspect blond est assez semblable à un Punch Royal Selection N°11, je n'y ai donc pas vu de mauvais signe, d'autant plus que ce colorado claro luisait d'un joli gras .

 A cru très peu de chose sinon un peu d'étable et un très léger suint. Le tirage quant à lui est celui d'un rêve, j'ai hâte de l'embraser. Celui-ci est sûrement dû à une vitole raisonnablement remplie après le pied et cependant plus serrée au niveau de la bague.

 Ayant dégusté ce Dalia au Grincheux (fumoir strasbourgeois à l'atmosphère assez enfumée) et profitant de l'instant avec ma Belle, je n'ai pu m'épancher sur la complexité qu'il offrait sans pour autant la négliger.

 A part dans la famille Partagas, son démarrage est vraiment doux ; herbe sèche sur fond de noisette et d'étable, et quelque bouffées plus "fraîches" par moments. Le premier tombé de cendre arrivé après 4cm, et la vitole se réveille doucement, l'ambré fait son entrée de jeu.
Ma Belle reconnaîtra d'ailleurs cet arôme en la qualifiant de "cognac", ce qui correspondait pas mal je trouve.
La puissance reste moyenne, les arômes sont complexes et mêlés et je ne cherchais alors pas à les nommer, la persistance du mariage ambré-étable me ravissant déjà.
A mi-dégustation, des notes fongiques (cèpes) se font ressentir et une typicité Partagas pointe enfin le bout de son nez, me rappelant le Super Partagas. Le tout se fait plus grillé, jusqu'à un final (enfin) plus puissant crémeux et chocolaté.

 J'ai donc beaucoup aimé et découvert avec ce vrai 8.9.8 bien qu'il fut à mon goût un peu trop léger pour cette fin de soirée. La prochaine dégustation se fera alors plutôt en après-midi chaude et tranquille pour ce cigare qui demande vraiment qu'on l'écoute.

 Je le note 15/20 : les Gold Medal ou autres Inmensas clairement au dessus à mon goût (et moins chers aussi !)." 

Gwendal

02052013878.jpg

Quelle belle longueur, je ne suis pas habitué à ce genre de module; testons le :
il sent bon ( miel), sa cape est souple, nervurée ; le roulage est quasi parfait.
A cru, le tirage est un peu serré (parfumé et floral)
Allé, allumons-le!
Tout de suite Cuba est là, un goût de pain d'épice légèrement acidulé me vient.
Finalement le tirage est top, ouf!
Chaque bouffé est présente, il parfume mon palais et ne me laisse pas indifférent.
La combustion est relativement lente malgré son faible diamètre.
Je suis impressionné par ce 1er tiers, goûteux et d'une force plus que correcte ; il distille des saveurs complexes et
généreuses ( fruit sec, brioche). Le tout avec une fumée bleutée.
La cendre est grise foncée et tient environ 3 cm.
Je l'accompagne d'un café italien corsé : le mariage est honnête.
Le 2em tiers apporte un coté réglisse et des touches de menthe, c'est rafraichissant.
Certaines bouffées ont des notes d'amandes.
Le 3em tiers est plus poivré, les épices sont là mais la force reste sous control.
Je ralenti mon fumage sur la fin car je commence à le sentir :)

Ce cigare m'a apporté beaucoup de plaisirs et ma note de cœur est 17/20.
Un petit peu long à mon goût environ 1h15 de fumage, je reste cependant content de cette découverte.

 

Obelux

8 9 8

Trois chiffres magiques, l’esprit du havane, la qualité de fabrication cubaine quand elle arrive a être à la hauteur de nos attentes, j’avais pris soins d’acheter 2 cigares pour être sûr de ne pas me tromper ou de tomber sur un cigare bouché : que néni comme dirait jacquouille ….

Vraiment parfait, ces londsales sont beaux, je dirais même très beau, ici on est loin de ces nouveaux cigares courts au cépo déroutants, non là on est sur du sûr, sur du traditionnel, sur du vrai havane : cape lisse et même soyeuse (je souligne au passage la qualité de mon humidor spécial havane …)

Déjà avant de parler du cigare en lui-même permettez-moi de porter au pinacle le coffret à la beauté exceptionnelle, un boitier au bois lisse, cette trouvaille qui veux que les 25 cigares soit rangés de la sorte : une première rangé de 8 puis un deuxième étage de 9 en enfin un troisième étage de 8, ce qui entre nous a donné son nom a ce fameux cigare, imaginez deux minutes si ils l’avaient rangé de façon traditionnelle 13 puis 12, cela ne ressemblerais a rien. . . non vraiment ce cigare a été conçu de sorte a sortir du lot , il a bénéficié du toutes les attentions de la part de Partagas.

A cru déjà des parfums de cacao sont présent, je n’apprécie pas particulièrement les saveurs a crues car elles sont bien souvent trompeuses, mais avouons tout de même qu’elles sont flatteuses.

Le démarrage est tranquille, le bouquet de départ est bien cubain, là il n’y a aucun doute, il reste doux mais les premières saveurs de cacao sont bien présentes, ce cigare ne nous trompe pas, il est franc sans être trop violant, il donne cette impression de douceur, de plénitude, il est présent sans être violent : un peu comme de la crème qui emplis votre palais sans le bousculer.

Sur les deux cigares que j’ai eu le plaisir de déguster aucun n’a présenté de défaut, pas de cigare bouché, pas de problème de combustion, juste un faux départ sur le second dû principalement à mon impatience à vouloir rentrer dans le vif du sujet, mais très rapidement tout est rentré dans l’ordre et la combustion en biseau est vite revenue stable et la suite s’est déroulée sous de bonne conditions.

1H20 de dégustation et de vrai plaisir, des saveurs qui se succèdent sans jamais se heurter, le cacao disparait pour laisser apparaitre du cuir, puis place au café torréfié : c’est franc et direct, pour moi qui ne suis pas un grand spécialiste et qui me considère comme un néophyte curieux je trouve ce cigare plaisant, facile à déguster, jamais trop fort, jamais trop faible, il dispose de cette saveur cubaine. La cendre est normale, ni trop friable ni trop épaisse, la longueur en bouche est exemplaire et puis je trouve qu’il dispose d’un 4ieme tiers tout en délicatesse, cette fameuse impression ou l’on semble continuer à déguster ce cigare alors que cela fait 10 minutes qu’on vient de le laisse terminer sa courte vie dans le cendrier.

Pour moi ce dalias a remplis toutes ses promesses, je sais que ce n’est plus forcément un format à la mode et qu’ils sont nombreux à jouer dans la même court, mon inexpérience ne m’as pas permis d’en gouter beaucoup d’autres si ce n’est un foncesca N°1 ( pas terrible mais pas trop cher non plus), un monté cristo N°1 ( déçu car trop violant à mon gout) ou un Siglo5 ( pas mal du tout mais vraiment hors de prix)

Donc pour moi ce Partagas 8-9-8 fait partie de ces cigares qui me réconfortent avec cette passion naissante du havane, un moment de recueillement, un moment ou j’arrive a oublier tous les tracas de la vie courante, un moment d’isolement et de pur bonheur (c’est fou ce que l’on peut devenir égoïste dans de telles circonstances)

Ma note sera donc de 17/20 et c’est avec beaucoup d’attention que je vais me remettre en quête d’en racheter 3 autres et de les laisser au repos dans mon humidor pour les longues soirées d’été.

Bien à vous,

Obélux

Et voila qui fini notre dégustation de groupe pour le 898 !! Merci à tous pour cette participation très interessante!

Erwan

16:06 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

15/04/2013

Partagas 8-9-8

Voici ma dégustation du Partagas 8-9-8 proposé pour une dégustation de groupe. Les 5 autres testeurs seront publiés à la suite. Le point positif de cette dégustation et que je n’aurais jamais acheté ce genre de module si je n’avais pas eu la motivation des autres dégustateurs. Le choix fut rude et je me suis laissé tenter par le 8-9-8 ! Et oui vous le savez, je suis d’habitude adepte du bon vieux robusto à l’allure tranquille et rassurante…

20130414_151037.jpg

Niveau allure ce Lonsdale (170x17.07mm) ne me laisse pas indiffèrent avec une finition presque parfaite. La cape est grasse et souple (comme j’aime) et son odeur assez prononcée. La couleur foncée du cigare lui apporte du charisme et de la puissance. A ce moment, je suis curieux et impatient de le découvrir !

20130414_151051.jpg

Je l’ouvre et le tirage est curieusement très ouvert ! Je m’attendais à avoir un tirage très serré au vus de ces 17 cm de long et je suis ravi de voir que la construction est à la hauteur de mes attentes. A cru c’est un pur cubain avec des saveurs de tabac frais et du cuir à gogo.

20130414_151054.jpg

L’allumage n’est qu’une formalité et je suis de suite surpris par un début très gouteux et assez puissant en bouche. Autant le dire ce 8-9-8 ne fait pas dans la dentelle et propose un niveau de puissance qui pourrait déplaire aux débutants. Niveau saveur c’est une démonstration bien cubaine avec du tabac suave et gras, du vieux cuir, des herbes sèches , une pointe de réglisse et un peu de piquant (épices). Un beau début qui met tout de suite en appétit !

20130414_152225.jpg

Malheureusement mon cigare à la fâcheuse tendance de s’éteindre après quelques bouffées et cela malgré mes sollicitations.  Ce n’est pas trop grave car vu le niveau de puissance j’opte pour une dégustation tout en longueur.

20130414_155137.jpg

A l’arrivé du 2ème tiers la complexité monte d’un cran avec une richesse onctueuse et très puissante à la fois. Je trouve des notes d’humus, du caramel grillé, du poivre vert et aussi des noisettes grasses par moment. Le cocktail est plaisant et déjà très rassasiant… je prends donc tout mon temps pour savourer chaque bouffée. Malgré les multiples rallumages le cigare reste docile et m’offre à chaque reprise un très beau panache de fumée !

20130414_161534.jpg

Vers la fin du 2ème tiers et le début du 3ème tiers la puissance domine de plus belle et efface un peu la gourmandise de la vitole. Il envoi du bois ! Je trouve tout de même du plaisir car il m’offre des nuances bestiales dans ce 3ème tiers explosif (vieux cuir, étable, piment, terre humide, café torréfié).

20130414_170719.jpg

Je fume ce 8-9-8 jusqu’à sa toute fin en 2h de temps avec une bonne dizaine de rallumages.

20130414_172319.jpg

Mes notes :

Construction et Aspect 3/5 : Cape colorado maduro très soignée, tirage bon, cendre friable, le cigare s’éteint trop souvent, taille XXL (17cm/2 h de fumage)

Saveur et Subtilité 4/5 : Ce cigare est riche, gourmand et suave Le 1er tiers est assez classique du terroir cubain (cuir, tabac suave, réglisse) et permet une bonne mise en bouche avec un pointe de réglisse agréable. Le 2ème tiers exprime tout le potentiel du 8-9-8 avec beaucoup de rondeur (noisette, humus, caramel grillé). Le final explose en bouche avec caractère à revendre dans un registre animale et épicé.

Force 3/5 : La puissance est présente dès le début et est parfois en excès masquant les richesses gustatives. Le final est très roboratif demandant un fumage lent et maitrisé.

Prix 4/5 : Un tarif honnête comparé aux prestations haut de gamme de ce cigare (12,5 euros).

Note Globale 14/20 :

Le Partagas 8-9-8 est un grand cubain qu’il me fallait goutter un jour et j’ai apprécié cette découverte. Je reste un peu déçu par son défaut de construction qui m’a obligé à le rallumer trop souvent. Niveau saveur j’ai été servi mais la force parfois trop présente à un peu gâcher ma dégustation (surtout au 3ème tiers). Une pointe de rondeur le rendrait parfait. En tout cas ce 8-9-8 ne m’a pas laissé indifférent !

Bien à vous.

19:55 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

07/04/2013

H.Upmann Robustos EL 2012

En ce dimanche, j’ai voulu innover et goûter un nouveau cigare. J’ouvre ma cave et je trouve très rapidement ce beau Robustos Edition limitée 2012 de chez H.Upmann (124x19.84mm). Le cigare est jeune mais je tente quand même le coup. Le cigare est vraiment très beau avec une cape maduro du plus bel effet. Le format idéal, la marque prestigieuse, la beauté des EL, tout cela me met en confiance et c’est donc plein d’enthousiasme que je débute cette dégustation.

20130407_162500.jpg

Je l’ouvre et là c’est le drame… il est complètement bouché ! Je le recoupe…idem. Je le coupe de nouveau et j’arrive tant bien que mal à avoir un faible débit. Je me dis que le cigare va s’ouvrir en le fumant et je l’allume.

20130407_162928.jpg

Dur dur d’éprouver quoi que ce soit avec un tel tirage. Les saveurs du début sont piquantes et herbacées avec un gout de tabac frais très amer en bouche. Autant dire que ce n’est pas le pied et je me débats pour obtenir une fumée courte en bouche (sans saveurs) et très volatile. C’est simple j’ai l’impression de fumer de l’air… Ce 1er tiers ne laisse apparaitre aucune rondeur avec une dominante d’herbe sèche et de tabac assez banal qui ne m’est pas agréable.

20130407_163532.jpg

Je recoupe + un dégazage et j’arrive enfin à avoir un peu plus de fumée. Les saveurs se complètent par des touches de cuir et de noisette mais il me reste toujours autant d’amertume après chaque bouffée. Je ne sais pas si c’est le défaut de tirage qui accentue cette orientation herbacée mais en tout cas je n’apprécie pas du tout ce cocktail et je ne reconnais pas la marque H.Upmann dans cette dégustation.

20130407_165353.jpg

Je reste motivé malgré tout et je continu le fumage en espèrent un tournant gourmand… Il ne viendra pas et le 2ème tiers reste plat et insuffisamment subtil pour mes papilles avides de gourmandises. La suite reste linéaire et difficile à fumer (tirage toujours serré) me laissant en bouche des saveurs de tabacs amers…

20130407_170854.jpg

A l’arrivé du 3ème , en désespoir de cause je le re re recoupe et enfin j’arrive à avoir un tirage presque « normal ». Cette renaissance ne change rien et malgré un volume de fumée plus grand, le cigare garde sa ligne de conduite en me distribuant toujours autant d’amertume et si peu de complexité. A ce moment-là je commence à en avoir plein le c.l mais je persiste encore en attendant une révélation. Mon enthousiasme et ma persévérance ne seront pas récompensées et j’abandonne la vitole après 1 heure de bataille…

20130407_174051.jpg

Construction et Aspect 2/5 : Cape magnifique, aspect précieux, cendre friable, gros défaut de tirage (presque bouché), 4 rallumages…

Saveur et Subtilité 2/5 : La dégustation n’est fâcheusement pas gourmande et s’oriente vers une dominante herbacée très courte en bouche. Le 1er tiers est inexistant. Le 2ème tiers n’offre pas grand-chose si ce n’est quelques noisettes du cuir et beaucoup d’amertume (tabac, herbe sèche). Le 3ème tiers signe la linéarité médiocre de ce cigare.

Force 2/5 : Le cigare est doux et piquant à la fois. Il chauffe à cause du défaut de tirage. Le final n’est pas rassasiant mais plutôt écœurant.

Prix 2/5 : Un tarif prestige pour une grande déception (12.6 euros)

Note Globale 08/20 : J’ai rarement été autant déçu pas un cigare et j’attendais beaucoup plus de cette Edition Limitée. Je ne sais pas si c’est ce gros défaut de tirage qui a conditionné cette dégustation désastreuse ou bien simplement un liga qui ne correspond pas à mon goût personnel. En tout cas j’ai essayé par tous les moyens de trouver du bon dans ce cigare mais j’ai hélas échoué. Son seul point positif reste son aspect extérieur. Il me reste un autre exemplaire de cette EL que je fumerai prochainement pour confirmer ou pas ma déception.

Bien à vous

19:04 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/04/2013

Nouvelle dégustation de groupe ?

Je relancerais bien une autre dégustation de groupe si cela vous tente mais j’ai besoin de votre aide et surtout de vos avis. Le but étant cette fois de déguster un cigare facile à se procurer mais intéressant pour tous. Je souhaite aussi limiter le nombre des dégustateurs à 5 pour rendre l’exercice plus facile pour tous. Même principe que la dernière fois sauf que chacun achètera lui-même son cigare.

cigars.jpg

Pour commencer, je vous propose une liste de quelques cigares qui pourrait susciter de l’intérêt et être agréable à déguster :

-          Hoyo de Monterrey Epicure n°2 ou Especial

-          Romeo y Julieta Churchill ou Wide Churchill

-          Partagas Serie E n°2 ou P n°2

-          Cohiba Robusto

-          H.Upmann Connoisseur n°1 ou Magnum 50

Si un cigare “non listé” vous intéresse grandement et que vous souhaitez le partager, dites le moi et on verra ce qu’on peut faire. Il faut toutefois que le cigare soit assez facile à trouver pour éviter les galères. Je suis ouvert au terroir non cubain si le cigare en vaut la peine.

Voilà l’idée est lancé à vous de me dire !

Bien à vous.