23/07/2012

Nicarao Especial Gordo

Avec les conseils du patron de la civette de Poitiers, j’ai acheté ce cigare du Nicaragua : le Nicarao Especial Gordo. C’est un cigare qui propose une belle finition extérieur avec un cape nervuré et bien roulée. La couleur de la cape me fait penser à du café au lait (colorado-claro). Le cigare est rigide avec un tabac très compact. C’est un robusto avec un diamètre intéressant (127 x 22,23mm).

DSCF8329.JPG

Je l’ouvre à l’emporte-pièce et découvre un tirage un peu trop serré. Ce n’est pas grave, je décide dans la foulé de le couper avec ma guillotine et le problème est en partie résolu. Les saveurs à cru sont végétales et agréables.

DSCF8332.JPG

DSCF8337.JPG

Passons à l’allumage ! Je prends le temps de bien embraser le cigare car le tabac très serré demande une combustion plus forte. Les premières bouffées sont typiques du terroir du Nicaragua avec un goût végétal, grillé, terreux et fleurie. Toujours cette petite amertume spéciale qui se rapproche de la saveur de pépin de fruit rouge pas assez mure. Je retrouve sans surprise ce cocktail plaisant et doux en bouche.

DSCF8335.JPG

Le tirage s’ouvre un peu plus au fur et à mesure de la dégustation. La cendre est bien blanche et très solide. Ce qui me surprend c’est la combustion très lente du tabac et le fait que le cigare reste très rigide. Le 1er tiers reste assez linéaire, fidèle aux saveurs des premières bouffées avec une petite rondeur supplémentaire. Passé 20 minutes me voici arrivé au 2ème tiers !

DSCF8339.JPG

DSCF8341.JPG

La cendre est magnifique et semble ne pas vouloir tomber. Les saveurs s’enrichissent un peu avec du chocolat amère et plus de rondeur. A ce moment-là le cigare est presque gourmand et devient très agréable à fumer. Je prends donc mon temps pour l’apprécier pleinement.

DSCF8344.JPG

Ma dégustation avance et me voici arriver au 3ème tiers. Les rondeurs surprenantes du 2ème tiers disparaissent au profit de poivre. La dégustation devient presque rassasiante et un peu astringente car le cigare chauffe. Le final confirme la valeur de cette pièce avec une tournure corsé et entreprenante jusqu’à son extinction.

DSCF8346.JPG

En tout 1h de dégustation.

DSCF8350.JPG

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Cape nervuré et bien roulé, tirage serré, cendre magnifique et très solide, format agréable.

Saveur et Subtilité 3/5 : Bien que ce cigare soit un peu trop linéaire, il reste agréable du début à la fin. Les saveurs sont végétales et terreuses est deviennent plus rondes et gourmandes (chocolat) dès le 2ème tiers. Le final est poivré et corsé. On retrouve le cocktail classique du Nicaragua avec une finesse intéressante et maitrisé.

Force 3/5 : Le cigare est moyennement puissant ce qui agréable. Il devient presque rassasiant dans son 3ème tiers. Aucun excès de puissance ne vient perturber la dégustation. Le cigare a tendance à chauffer sur la fin et apporte un peu d’astringence.

Prix 4/5 : Le tarif est correcte et en accord avec les prestations de ce cigare (8 euros).

Note Globale 14/20 : Un classique et bon cigare du Nicaragua qui m’a procuré du plaisir. J’ai aimé l’évolution ronde du 2ème tiers qui apporte plus de complexité gustative. Un cigare honnête qui offre un bon compromis entre puissance et saveurs. Son manque d’évolution franche pourrait déplaire mais il n’est jamais ennuyant car il reste très savoureux. Une bonne découverte pour les fans du Nicaragua !

09:36 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Je connaissais le Robusto, que j'ai trouvé bon, un peu comme ton jugement sur le Gordito. Pour la cape tu ne l'as pas trouvé trop fragile ?

Écrit par : Edmond Dantès | 23/07/2012

Répondre à ce commentaire

Effectivement la cape avait tendance à se "casser" mais je n'ai eu aucun problème de construction.

Écrit par : EM | 23/07/2012

Répondre à ce commentaire

le robusto était aussi très serré et manquait de souplesse.

Écrit par : Edmond Dantès | 23/07/2012

Répondre à ce commentaire

En fait je me suis trompé... c'est pas un Gordito mais un Gordo et donc un robusto(127x22.23mm). Celui que tu as du goûter était un Toro (152x20.64mm)? Il existe aussi un "petit robusto" le Torito (114x21.43mm).

Écrit par : EM | 23/07/2012

Je me suis emmêlé les pinceaux, les bagues se ressemblent trop, celui que j'ai testé, c'est le robusto ANNO VI.

Écrit par : Edmond Dantès | 24/07/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.