22/04/2012

CAO MX2 toro

Aujourd’hui dimanche, je me suis essayé au CAO MX2 toro. Un rayon de soleil arrive et il ne m’en faut pas plus pour sortir avec ce beau robusto et un bon café. Le MX2 se caractérise par 2 capes maduro muries et un mélange de tabac produit dans 6 pays différents. La première cape (extérieure) est d’origine "Connecticut Broadleaf Maduro" (bien fermenté). La seconde, utilisée comme sous-cape, est une "Brazilian Maduro" (épicée). La tripe, quant à elle, est composée d'un mélange de tabacs provenant du Nicaragua, du Honduras, de la République Dominicaine et du Pérou. Difficile donc de dire d’où vient se CAO tellement il est complexe.

Photo0577.jpg

Son apparence est très bonne avec cette fameuse bague noire et argentée très moderne, sa cape sombre et bien roulée. Le format double robusto (2.1 x 15.2 cm) est intéressant car il offre une bonne prestation en termes de fumage.  Je l’ouvre avec un emporte-pièce car je sais par expérience que ces cigares ont toujours un tirage remarquable.

DSCF7050.JPG

Les saveurs a cru sont complexe et végétales avec du poivre bien perceptible.

Photo0579.jpg

L’allumage se fait sans problème et je découvre de suite un cocktail de saveur très caractéristique de la marque. Les saveurs sont herbacées, poivrées, terreuses et légèrement amères. Le volume de fumée et largement suffisant offrant de belles bouffées. Dans ce 1er tiers je trouve une note de fruit de baies acide (un peu comme des groseilles pas assez mures). Le moins qu’on puisse dire c’est que ce cigare change de ce que j’ai l’habitude de fumer. Pour l’instant le fumage est plaisant et le cigare reste assez léger malgré le poivre qui domine un peu trop (pour moi).

DSCF7049.JPG

La 1er cendre tombe sans que je ne puisse prendre de photo et je continu ma dégustation pour me rapprocher du « divin ».

DSCF7051.JPG

Me voici donc au 2ème tiers après 20 minutes. Les saveurs deviennent légèrement plus complexes avec des touches de noisette et de réglisse.

DSCF7053.JPG

La puissance monte d’un cran avec toujours cette dominante poivrée qui gâche un peu les autres saveurs. Pas de nette évolution mais l’ensemble reste assez agréable pendant tout ce 2ème tiers. Le cigare brûle bien droit et la construction reste exemplaire avec toutefois une cendre assez fragile.

DSCF7055.JPG

Le temps se gâte avec une averse de grêle et j’arrive au supposé purin. La complexité agréable du début disparait pour faire place à encore plus de poivre. Aucune rondeur dans cette dernière partie et c’est presque trop acide et astringent en bouche. Moi qui suis habitué au côté suave du terroir cubain suis un peu dérouté par temps d’agressivité.

DSCF7057.JPG

C’est avec un peu de difficulté que j’avance dans ce 3ème tiers cherchant en vain quelques finesses pour le final de ce CAO. J’arrête ma dégustation quand le cigare commence à chauffé et devient presque désagréable en bouche. Au final il m’a fallu 1 bonne heure pour arriver au bout de ce MX2 qui ne manque pas de caractère.

DSCF7059.JPG

Mes notes :

Construction et Aspect 4/5 : Cape maduro très jolie, tirage parfait, cendre friable, bague originale et moderne.

Saveur et Subtilité 3/5 : Pas assez d’évolution gustative mais il offre des saveurs riches et curieuses : noisette, fruit de baie, poivre, tabac amer, réglisse. Le 3ème tiers est trop brutal (poivre) et manque de rondeur.

Force 3/5 : Ce cigare est assez corsé mais à la fois doux dans ses 2 premières parties. La force évolue doucement pour devenir entêtante sur le final (presque rassasiant).

Prix 4/5 : Satisfaisant pour un double robusto de cette qualité. (9.2 euros)

Note Globale 14/20 : Intéressante découverte gustative. Je n’ai pas pour autant été transporté par ce module. Bien que la construction soit parfaite, je suis un peu déçu par son manque d’évolution. Un cigare qui peut surprendre par ses saveurs corsées et amères. Je pense que ce CAO MX2 trouvera facilement son publique car il a un caractère bien trempé.

 

18:08 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

ça me fait penser à du macanudo 1968, du moins le format et la couleur !

Écrit par : Edmond Dantès | 23/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ah bon, je ne le trouve pas amer, moi !

Écrit par : Thierry | 23/04/2012

Répondre à ce commentaire

Ton analyse est intéressante, je l'avais bien aimé et c'est vrai que le coté terreux et légèrement amère le caractérise ;) après c'est des histoires de goût!

Écrit par : Gwendal | 23/04/2012

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas dis que je n'ai pas aimé cette dégustation. Il en faut pour tout les goûts en effet mais j'avais largement préferé son grand frère le CAO Sopranos qui lui offrait des rondeurs très agréables dans son 3ème tiers. Cela reste une bonne découverte et je n'hésiterais pas à acheter d'autres versions de la marque CAO.

Écrit par : EM | 24/04/2012

Jen ai fumé un justement hier soir. Aux saveurs et arômes que vous identifiez, à cru, j'avais aussi un goût de chocolat très net mais qui a vite fait place au poivre. Pour le 3e tiers, non, rien de désagréable à mon goû, au contraire, j'ai beaucoup aimé sa force sa robustesse. Évidemment, les goûts, ça ne se discutent pas. Je vais certainement répéter l'expérience...

Gilles Petel

Écrit par : gilles petel | 16/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.