26/02/2012

Navarre Aramits

Et voici la dégustation tant attendu du Navarre Aramits (robusto). C’est avec un certain engouement que je sors aujourd’hui dehors pour fumer ce cigare Français qui s’est fait désirer. En effet grâce à l’aide généreuse de Mr Obelux, j’ai la chance de pouvoir découvrir ce terroir Français qui m’est encore inconnu. Je ne veux pas être trop sévère ni trop indulgent pour ce cigare et je vais vous donner ma réaction à chaud sans retenue.

Photo0245.jpg

Comme j’ai déjà décrit son apparence dans un autre article, voici brièvement quelques observations. Il est joli, gourmand et bien proportionné. La cape de couleur Colorado-claro brille et a un aspect gras et lisse au touché.  La bague porte fièrement son origine « France » et est élégante. Passons à l’ouverture pour avoir les saveurs à cru. Rien de flagrant, un goût de tabac simple sans autres saveurs. Le tirage est bon et je suis donc déjà satisfait sur ce point.

Bon allumons le sans plus attendre !  L’allumage se fait sans problème et le cigare s’embrasse à merveille. La fumée est bleutée. Les premières saveurs sont herbacées avec tabac fermenté, des fougères et un peu de bois précieux.

Photo0246.jpg

La douceur est impressionnante et la fumée n’est pas forte en bouche. Je peine à trouver d’autres saveurs tellement le goût est léger. Je fume le 1er tiers tranquillement et le cigare brûle bien droit avec une cendre assez foncée.

Photo0247.jpg

La cendre tient bien et j’arrive à avoir plus de 3 cm avant qu’elle ne tombe. Le goût d’ensemble me fait assez penser au Pléiades 20ème anniversaire mais sans aucune puissance ni charisme.

Photo0251.jpg

A ce niveau du cigare je suis logiquement dans le foin et je ne peux encore tirer de conclusion. Je continue donc ma dégustation avec ce beau soleil.

Photo0252.jpg

Ma première cendre tombe comme pour me dire « passons au 2ème tiers ». La dégustation est légèrement plus fondue mais pas de nouvelles saveurs. Toujours ce goût de tabac un peu amère et des touches de bois précieux.

Photo0255.jpg

La force n’évolue pas et le cigare reste « trop » léger ce qui m’oblige à prendre plusieurs bouffées pour rechercher quelques subtilités qui malheureusement ne viennent pas. Malgré le manque de caractère le cigare est plaisant et la fumée agréable en bouche.

Photo0256.jpg

Je lui donne donc du temps pour s’ouvrir en espérant que la dégustation devienne plus gourmande. Le 2ème tiers arrive sur sa fin et je découvre quelques touches de noisettes fraiches. La cendre tombe de nouveau nous voici au 3ème tiers.

Photo0258.jpg

A quand même il est temps ! Le cigare se fait plus subtil et la dégustation commence à partir de ce 3ème tiers. Toujours autant de douceur mais des saveurs viennent rendre le fumage un peu plus intéressant.

Photo0260.jpg

Je trouve quelques touches de noisette, du cuir, du cacao amer et du pain grillé sur cette dernière partie. Le cigare chauffe un peu. La fumée est plus épaisse en bouche.

Photo0262.jpg

Pas de nette évolution niveau goût et force. Le cigare est bien construit, il brûle droit et la cendre tient. Je recherche en vain de nouvelles saveurs sans résultat. La dégustation n’est pas gourmande ni suave seules quelques saveurs finales viennent relever le tout.

Photo0264.jpg

Je fume ce robusto jusqu’au bout en environ 1 heure sans être rassasié. Le cigare ne s’est pas éteint pendant toute la dégustation ce qui est un bon point. Je le laisse mourir avec un sentiment d’inaccompli. Je suis déçu par si peu de caractères. Dommage car j’aurais vraiment aimé vous dire le contraire.

Photo0267.jpg

Ma conclusion est assez sévère mais réaliste. Qu’attend –on nous d’un cigare de dégustation à 10 euros ? Surement autre chose que ce que je viens de découvrir. Le Navarre n’est pas un mauvais cigare mais il n’est pas suffisamment subtil et riche en saveurs pour justifier son prix. Cette douceur c’est certes agréable, mais il n’y a pas le petit plus qui accroche et que je recherche dans chaque vitole. Pourquoi avoir fait un cigare si « plat » quand on connaît la richesse et les délices de la concurrence des autres terroirs ? Il y a tellement de cigares extraordinaires dans cette gamme de tarif (ex : Bolivar Royal Corona) que je suis perplexe quant à son placement en terme de tarif.

Les points positifs de cette découverte sont :

-          sa construction exemplaire qui démontre un savoir-faire accompli.

-          son coté léger qui peut en faire un cigare apéritif et/ou facile pour les débutants.

-          le prestige du « Made in France » comme argument commercial.

-          la diversité des terroirs qui est une richesse.

Mes notes :

Construction et Aspect 5/5 : Cape et bague jolie, tirage parfait, brûle droit, cendre foncée qui tient.

Saveur et Subtilité 2/5 : Trop linéaire et pas assez riche. Herbacée avec du bois précieux. Seul le 3ème tiers devient un peu « intéressant ».

Force 3/5 : Doux, doux et doux. Trop de douceur rend la dégustation monotone.

Prix 2/5 : C’est le point noir du Navarre ! Il est trop cher ! On ne peut s’empêcher de le comparer aux vitoles cubaines ce qui n’est pas bon pour lui. Pour moi un tarif plus bas lui rendrait service (6 euros serait plus raisonnable) et il aurait sa place en tant que cigare « apéritif ».

Note Globale 12/20 : En voilà une belle déception ! Moi qui me faisais tout un monde du terroir Français. Sans être mauvais le Navarre Aramits manque de caractère et de punch pour me plaire. Les saveurs sont douces et plairont à ceux qui aiment les cigares légers et faciles à fumer. Chapeau bas pour la construction et l’apparence flatteuse de ce robusto. Sa particularité reste son origine de production (la France) alors si vous voulez vous faire une idée et découvrir d’autre terroir, essayez le.

 

19:00 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Intéressante dégustation, cigare assez plat le contraire m'aurait étonné ! pour le prix je pense qu'un cigare made in france peut difficilement se battre contre des ouvriers cubains ou d'Amérique latine...un cigare à moins de 10 euro n'est forcément pas français...
L'erreur markéting de Navarre c'est de vouloir faire du Cubain ! il faut ré-inventer le cigare avec un goût français, voici mon humble avis !

Écrit par : edmond dantes | 27/02/2012

Répondre à ce commentaire

Je ne pense pas qu'il soit primordial de ré-inventer le cigare au gout français, disons simplement que ce cigare n'est pas mauvais , je dirais même qu'il est particulièrement bien contruit, par contre il manque terriblement de caractère, l'erreur marqueting repose a mon gout sur le flou de son positionnement dans l'univers impitoyable des cubains, dominicains et autres.
Il est différent, et il devrait être présenté comme tel : un cigare doux peut être sympathique, et parfois même on recherche ce type de vitole
Par contre le positionnement tarifaire nous oblige a le comparer a des marques prestigieuses : et c'est bien là qu'est le problème !!!

Écrit par : Obelux | 27/02/2012

Répondre à ce commentaire

Aujourd'hui en France le mètre étalon est le cigare cubain, forcement un cigare français n'a aucune chance d'exister, c'est le snobisme à la française !

Écrit par : edmond dantes | 27/02/2012

Répondre à ce commentaire

Sans parler de snobisme il faut franchement dire les choses et mon blog n'est pas là pour faire de publicité. Le Navarre manque trop de caractère pour moi. Fumer un cigare doit rester un plaisir personnel. Avec le Navarre Aramits, je n'ai malheureusement par ressenti cette sensation et j'ai eu l'impression de fumer du tabac ordinaire. C'est donc tout le contraire du snobisme car la notion prix/qualité n'est pas respectée pour moi. Tous nos produits issuent du terroirs Français ont souvent beaucoup de personnalités et de qualités (fromages , vins , charcuteries , gastronomies regionales ect.), j'aurais aimé trouver cela dans ce cigare.

Écrit par : EM | 28/02/2012

ton analyse est très juste sur ce cigare, tu n'est pas le seul à en faire le constat ! après c'est une affaire de goût, on aime, on n'aime pas.
Je pense que le Navarre devrait chercher à s'identifier un peu plus en terme de caractère, pourquoi pas un cigare aromatisé au 'bleu d'auvergne'...;-))

Écrit par : edmond dantes | 28/02/2012

Répondre à ce commentaire

Je me retrouve dans cette analyse de dégustation ! :-)

Écrit par : Thierry | 29/02/2012

Répondre à ce commentaire

Pareil... déçu vraiment trop doux. J'aime bien l'idée de cigare apéro pour ce cigare. Un réel manque de caractère.

Écrit par : alex cicca | 17/05/2013

Répondre à ce commentaire

Même en ayant une grande confiance pour ce qui est des dégustations d'Erwann,je vais quand même tenter l'expérience,déjà pour avoir ma propre opinion,puis aussi pour savoir ce que vaut un cigare Français.Je suis quelqu'un de très curieux...

Écrit par : Guillaume | 22/11/2013

Répondre à ce commentaire

Ps:Erwan,désolé d'avoir écorché ton prénom et merci de m'instruire sur le monde du cigare sans tous les clichés qui ont faillit me faire passer à côté d'une aussi belle passion(grosses bagnoles,montres de luxe,vanité,etc...).

Écrit par : Guillaume | 22/11/2013

Répondre à ce commentaire

Salut à toi Guillaume
Bonne découverte car les cigares Navarre sont très intéressants et le Porthos est exceptionnel si jamais tu as l'occasion de le déguster. J'avoue que mes premières impressions sur l'aramis ont été passables mais je reste fiert de cette marque française soutenu par un grand monsieur Thierry Frontère. A bientôt, Erwan

Écrit par : EM | 22/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.