31/01/2012

Origine du Cigare

D’où vient l’origine du cigare ?

On sait que le cigare est composé de feuilles de tabac séchées et fermentées. Le tabac est une plante appelée « Nicotiana tabacum » et qui a des effets psycho-actifs. Cette plante est originaire d’Amérique Centrale et a été découverte et rapportée par Christophe Colomb en 1492.

NICOTI~1.JPG

Christophe Colomb, lors de sa découverte de l’Amérique, a rencontré des peuples amérindiens qui pour se soigner roulaient des feuilles de tabac jusqu'à obtention d’une sorte de grand cigare qu'ils nommaient « tabaco ». Ces peuples étaient très proches de la nature et utilisaient le tabac pour leurs rituels chamaniques et aussi pour soulager certaines douleurs.

Carib-Arawak-Family-Life-in-Trinidad-and-Tobago.jpg

Au début « Nicotiana tabacum » est utilisé comme plante d’ornement par la Cour d’Espagne. Ce n’est que plus tard (milieu du XVIe siècle) que le médecin personnel de Philippe II d’Espagne commence à promouvoir le tabaccomme « médicament universel ».

92cf9190.jpg

Le nom générique de la plante « Nicotiana » fait référence à Jean Nicot, ambassadeur de France à Lisbonne qui a introduit le tabac à la cour du Roi de France afin de soigner les migraines de Catherine de Médicis en 1560.

jean_nicot.jpg

Pour résumer :

Le tabac est une plante originaire d’Amérique Centrale utilisée pour la magie et la médecine des peuples Amérindiens. Elle est rapportée par Christophe Colomb (il y a plus de 500 ans) à la cour d’Espagne et du Portugal.

Ridolfo_Ghirlandaio_Columbus.jpg

Le tabac est ensuite introduit en France en 1556 par un moine cordelier qui en a développé la culture. Le tabac est au départ utilisé exclusivement pour ces vertus supposées thérapeutiques. Sa vente sous forme de poudre est réservée aux apothicaires (ancêtre des pharmaciens).

Apothicaire-boutique.jpg

Le développement de la culture du tabac se fait ensuite à l’échelle mondial avec à chaque fois des profits importants.

Voici une chronologie concernant la production de cigare :

1492 : Christophe Colomb découvre le tabac à Cuba et le rapporte en Europe.

1676 : naissance du cigare à Séville.

1762 : première manufacture de cigares aux USA

1799 : ouverture de la première manufacture à La Havane.

1815 : Napoléon lance la fabrication de cigares en France.

1817 : abolition du monopole royale d’Espagne à Cuba. Ouverture de centaines de manufacturiers.

1825 : création du registre des marques de La Havane.

1961 : embargo américain sur Cuba qui entraîne la création de nouveaux terroirs en Jamaïque, au Mexique, en Floride et à Saint Domingue.

med-recolte-du-tabac-visoflora-16216.jpg

Le tabac s’utilise sous forme fumé (cigare, cigarette, pipe et narguilé), mâché (chiqué) et prisé. Il provoque une dépendance durable au consommateur régulier. Le cigare tel qu’on le connait aujourd’hui est issu de plusieurs siècles de savoir-faire et de tradition culturelle et humaine.

336px-Arowak_woman_by_John_Gabriel_Stedman.jpg

Je ne ferai pas l’apologie du tabac, bien au contraire ! Mais en tant que fumeur occasionnel de cigare, il est bon de savoir d’où vient cette plante qui sert à le fabriquer et comment l’homme a su s’en servir durant des siècles.

 

30/01/2012

Flor de Selva robusto

Suite à un commentaire d’Edmond Dantes, j’ai décidé de tester un Flor de Selva robusto. C’est un cigare du terroir du Honduras que je vais déguster malgré la fraîcheur d’une fin de mois de janvier. Toutes les occasions sont bonnes, alors je saisis celle-ci car une éclaircie ensoleillée m’invite à sortir dehors.

Photo0152.jpg

Le cigare a un aspect fait main correct. La cape est fine, nervurée et un peu sèche au toucher. La couleur claire du cigare contraste avec sa tripe assez foncée. A l’ouverture, quelques miettes tombent. Les saveurs à cru sont assez fraîches et piquantes. Le tirage est impressionnant et on a l’impression que le cigare est « vide » ou creux. La bague blanche manque de cachet et ressemble à du papier épais… Dommage, ce détail baisse un peu la beauté générale de ce cigare.

Photo0154.jpg

Allumons-le pour découvrir ce robusto du Honduras. L’allumage se fait sans impair et la cendre est bien blanche. Les premières saveurs ne se font pas attendre avec beaucoup de force. On découvre de suite un panel herbacé avec du bois précieux, du cèdre, des épices, du poivre et une amertume de tabac.

Photo0156.jpg

Le goût est fort en bouche avec une fumée légère et transparente. Le premier tiers se consume assez vite, dû à un tirage presque trop souple. Le cigare brûle droit et la cendre est dure. C’est une bonne entrée en matière mais le coté trop herbacé ne me plaît pas trop. La puissance est au rendez-vous et pour l’instant aucune finesse dans ce premier tiers.

Photo0159.jpg

Voyons un peu la suite du fumage. La dégustation n’évolue guère au 2ème tiers. Toujours les mêmes saveurs avec juste un peu plus de souplesse et quelques notes de pain d’épice. Encore trop de puissance pour moi et l’amertume continue de plus belle. Cela me fait penser à un café expresso de bistro trop serré qui vous assèche la bouche. La fumée devient un peu plus épaisse au fur et à mesure du fumage. La cendre tient merveilleusement bien et j’arrive à en avoir une de plus de 4 cm avant qu’elle ne tombe.

Photo0163.jpg

Je profite de ce fumage sous un beau soleil qui me chauffe le visage ce qui est agréable avec les 7°c de l’air ambiant. Le cigare est fort et reste (trop) « punchi » pendant cette première demi-heure de dégustation.

Photo0164.jpg

Le 3ème tiers est la meilleure partie de ce cigare. Les saveurs évoluent avec un peu plus de richesses. On arrive à avoir des noisettes grillées et du chocolat amer. La fumée est plus épaisse et les bouffées se font rassasiantes. La force et l’amertume du cigare sont présentes du début à la fin. L’ensemble gustatif est cohérent mais le cigare dans son ensemble, n’évolue pas assez. La construction est vraiment au top et aucun rallumage n’est nécessaire pendant tout le fumage.

Photo0167.jpg

Je décide de le laisser mourir quand je n’arrive plus à le tenir entre mes doigts. Je laisse pour compte moins de 2 cm à ce cigare qui m’a demandé une bonne heure de dégustation.

Photo0172.jpg

Bilan mitigé pour ce Flor de Selva robusto. Les goûts herbacés n’étant pas ma tasse de thé, je n’ai pas trop apprécié les saveurs de ce cigare. La force, l’amertume trop marqué et le manque de subtilité me laisse un peu perplexe. Pas assez d’évolution à noter ! Il est trop linéaire même si le goût ne manque pas de force. Je reste tout de même bluffé par une combustion et un tirage parfait. Ce cigare ne manque pas de tempérament et plaira à ceux qui aiment les cigares forts et amers. Ce fût une bonne découverte car je ne connaissais pas ce terroir mais j’avoue que je n’ai pas été emballé par ce module.

Mes notes :

Construction et Aspect 3/5 : Cape un peu sèche, tirage « trop » souple, brûle droit, cendre dure, bague moche…

Saveur et Subtilité  2/5 : Trop linéaire pas de réel 2ème tiers, l’herbacée et le poivre sont ces principales saveurs, manque de rondeur, trop d’amertume…

Force 4/5 : Fort et long en bouche, final rassasiant, « punchi » du début à la fin (attention pour les débutants).

Prix 3/5 : Correct mais je ne sais pas si j’en rachèterais un… (6,8 euros)

Note Globale 12/20 : Un peu de déception pour ma part car le goût ne m’a pas trop convenu. Je souligne tout de même une construction exemplaire.

 

08:40 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/01/2012

Mes derniers achats

Je reviens de ma civette (sur Poitiers) avec quelques achats. Je sais, je ne suis pas raisonnable mais j’en mourrais d’envie alors voici ce que j’ai choisi…

Je voulais découvrir encore mieux le terroir du Nicaragua car ces cigares ne m’ont jamais déçu. Ils m’ont plutôt surpris à chaque fois par leur complexité gustative et leur construction parfaite.

Photo0147.jpg

De gauche à droite sur la photo :

Casa Magna colorado (robusto) 14 X 2.1 cm

Cain Sungrown Toro 660 (gros robusto) 15.2 X 2.4cm

Don Pepin Garcia Blue Invictos (robusto) 12.7 X 1.9 cm

Et un petit cigare du Honduras pour gouter !

Flor de Selva (robusto) 12.1 X 1,98 cm

Ma cave est enfin opérationnelle après quelques jours d’humidifications. J’ai séparé les différents terroirs comme je pouvais (mais il reste encore plein de place).

En haut Saint Domingue avec les Pléiades 20ème anniversaire, 2 Pléiades El puro et du Vega Fina

Photo0151.jpg

En bas un coté Cubain et un coté Nicaragua. Coté Cubain il y a du choix avec par exemple du Partagas D4 ou bien un H.Upmann magnum 50 (offert par mes frangines). Coté Nicaragua c’est pareil ! On peut se faire plaisir par exemple avec un Cumpay churchills.

Photo0150.jpg

Voilà j’ai un peu de tout dans cette cave et j’ai hâte de trouver un moment propice pour un déguster un…

Bien à vous.

 

26/01/2012

Cigare débrouille

Comme vous l’avez compris l’univers du cigare est complexe avec des choses à faire et à ne pas faire. Je voulais vous donner quelques conseils de « débrouille » surtout si vous débutez dans la découverte des cigares.

old-cubain.jpg

Pour la conservation des cigares si vous n’avez pas les moyens ou pas l’envie d’acheter une vraie cave à cigares, j’ai des solutions pour vous. Vous pouvez vous créer une cave à cigares provisoire avec une boite type « Tupperware » et un bouchon (ou petit verre) contenant du sel et de l’eau distillée. Ce système bien que perfectible créera une ambiance humide d’environ 75% ce qui sera beaucoup mieux que de laisser sécher vos cigares (attention à ne pas mettre de sel sur les cigares). La 2ème  solution consiste à transformer une boite de cigares en cave, en y apportant des éléments d’humidification. La boite à cigares doit être le plus possible hermétique avec  un intérieur en bois. Il suffit d’y mettre soit un bouchon avec du sel et de l’eau, soit une petite éponge humidifiée avec de l’eau distillée. Vous trouverez une boite à cigares vide chez votre vendeur de cigare (ou sur internet) et elle vous sera même offerte si vous savez le demander gentiment. Tout cela reste des solutions éphémères mais efficaces pour garder des cigares dans des conditions correctes pendant quelques semaines (mais pas plus).

photo1-boites-de-cigares-cubains-montecristo-et-cohiba-4x8x8x6w816698.jpg

Un autre truc consiste à garder les cigares dans des tubes en métal contenant une feuille de cèdre ou bien de les recouvrir d’un film transparent alimentaire (type cellophane).

Ce ne sont que des solutions provisoires et il vous faudra de toute manière une cave à cigares digne de ce nom si vous voulez les garder plus longtemps. Si vous avez une consommation très faible de cigares, je vous conseille de ne pas les garder chez vous mais plutôt de les acheter au fur et à mesure de vos dégustations. Vos cigares seront ainsi toujours assez humides sans avoir le souci du stockage.

caves-a-cigares-82390.jpg

Nous avons vu pour la cave mais il faut aussi penser à se munir d’un coupe cigare. En effet, l’ouverture est très importante et il vous faut avoir un coupe cigare performant. Oubliez de suite les lames de cutter, les ciseaux ou même  vos dents… Un cigare mal ouvert gâchera votre dégustation. Demandez tout simplement à votre fournisseur. Ils ont généralement des coupes cigares peu onéreux  (moins de 5 euros) et même parfois gratuits (offerts par leurs fournisseurs). Ces coupes cigares gratuits en plastique ne sont pas les meilleurs, mais ils suffisent largement pour ouvrir vos premiers cigares. Vous pouvez aussi demander au vendeur de vous ouvrir vos cigares lors de vos achats. Vous pourrez vous faire plaisir par la suite en achetant du matériel de qualité mais cela n’est pas une priorité pour commencer.

outils-244365.jpg

Pour l’allumage il y a aussi des choses à savoir. Le plus simple au début sont les allumettes. Vous en aurez gratuitement quand vos achèterez vos cigares (si le gérant est sympa). Il y a aussi le classique mais efficace briquet à gaz que vous trouverez partout pour un prix plus que raisonnable (entre 1 à 2 euros).  Pour encore plus d’efficacité, il existe des briquets à cigare de type chalumeau (gaz butane), mais qui sont plus coûteux. Rien ne vous empêche de recycler votre chalumeau de cuisine (qui vous sert pour les crèmes brulées ou autres) en réglant la flamme au minimum. Attention tout de même à ne pas vous brûler car la flamme des chalumeaux est presque invisible (mais bien réelle).

4_big.jpg

Ensuite pour  les accessoires il y a le choix et vous pourrez improviser un cendrier porte cigare avec les moyens du bord. L’important, vous l’aurez compris, consiste à ne pas dégrader vos cigares pour pouvoir les apprécier lors du fumage.  Comme je viens de vous le démontrer, on peut commencer à fumer le cigare sans trop d’investissement matériel. Vous achèterez ensuite ce qu’il faut (si cela vous plaît) en fonction de vos préférences et de votre budget. N’oubliez pas que tout cela doit rester un plaisir et en aucun cas un besoin.

Bien à vous.

 

16:17 Écrit par EM dans Matériels | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |