10/01/2012

CAO Sopranos Edition

La marque CAO a sélectionné des tabacs d’origine du Honduras et c’était pour moi le premier "hondurien" que je goûtais et je vais vous développer ma dégustation.

Soprano_cigar.jpg

 

A première vue, le cigare est très sombre et dur au touché, la cape semble rigide et épaisse. L’odeur du cigare est curieusement mentholée, cette senteur est nouvelle mais pas désagréable. La bague du devant (rouge vif) laisse présager de la puissance et l’autre bague noir et rouge rend le cigare atypique. On voit bien l’effort de marketing et cela surprend un peu mais passons sur ce détail.

 

DSCF2329.jpg

A l’ouverture beaucoup de poussières (miettes) tombent partout et je me dis que ça commence bien… le tirage est plutôt bon mais les saveurs semblent assez sèches (manque d’humidité ??) la saveur mentholée vient vite chatouiller mon palet avec en plus un peu d’amertume.

Bon je suis curieux alors au feu !! La cendre à l’allumage est d’un blanc pur et je l’allume sans aucune difficulté. Les premières bouffées sont légères avec un goût de bois précieux et me rappelle un certain Pléiades 20ème anniv mais le goût évolue vers un « menthol » poivré piquant très curieux pour moi.

Photo0095.jpg

La dégustation commence dès  1 cm de foin et j’arrive déjà dans des touches très subtiles tout en gardant la légèreté d’un  1er tiers. Je trouve déjà des noisettes grillées, des humus, de la fraicheur « mentholée » et aussi des acidités de fruits de baies. Quelle explosion en bouche pour un début ! Je calme le jeu en fumant plus lentement car je sens une puissance montée assez vite en arrière bouche.

 

Photo0096.jpg


 
Le deuxième tiers est tout simplement épatant entre de la force et de la finesse on voit bien la vocation « rouge » car des notes épicées de type piment ou poivre noir prennent le dessus par rapport au menthol du début. La monture se fait sérieuse et on galope maintenant vers un champ de braise.

 

Photo0097.jpg

Le troisième tiers et trop corsé à mon goût (poivres, amertumes) et je reste déjà sous les effets gustatifs de cette heure de fumage. Je laisse environ 3 cm à ce taureau car je sens que je suis un peu fragilisé par cette chevauchée mais sans pour autant dépasser la limite qui m’est propre.

 

Photo0099.jpg

Je reste surpris par cette découverte du Honduras qui m’a permis d’approcher d’autres saveurs que je ne connaissais pas encore et je peux vous dire que ce ne sera pas le dernier.

 

Voici mon verdict

Construction et Aspect 3/5 cape trop dur (sèche), foncée presque noir, bague sympa

Saveur et Subtilité 5/5 gout spécial et découverte assurée quelle explosion en bouche!!

Force 3/5 moyennement fort mais le final est trop poivré (pour moi)

Prix 4/5 c’est un cadeau de ma grand-mère mais le rapport qualité prix semble bon (9 euros)

Note Global de 15/20 une note honorable !

 

11:14 Écrit par EM dans Dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

C'est amusant de le placer dans un terroir, ce cigare...
En effet, sa composition est "multi-terroirs":
Cape : Brazilian Mata Fina
Sous-cape : Honduras
Tripe : Nicaragua, République Dominicaine et Colombie
Moi, je l'ai classé dans les nicaragayens... :-)

Écrit par : Thierry | 10/01/2012

Répondre à ce commentaire

Merci à toi de l'avoir vu et je ne savais pas trop comment classer un tel mélange :) merci pour l'information en tout cas c'est un cigare surpenant que je n'hésiterais pas à racheter.

Écrit par : EM | 10/01/2012

Répondre à ce commentaire

Moi je l'adore !

Écrit par : Thierry | 10/01/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.